Madère - Présentation  29 juillet 2004

Simon à la sauce Madère !

Située au large des côtes du Maroc, au nord des Canaries, l’île de Madère n’est pas qu’une destination touristique de choix. C’est aussi une étape incontournable du Championnat d’Europe. Créé il y a 45 ans, le ‘Rallye Vinho Madeira’ est considéré par de nombreux pilotes comme la plus belle épreuve asphalte… du monde !

Il faut dire que les routes de l’île portugaise offrent un terrain de jeu varié, avec des spéciales débutant au niveau de la mer pour culminer à plus de mètres d’altitude ! Le terrain est plutôt roulant, mais il est plutôt sinueux et réclame d’incessants changements de rythme.

La population locale accueille l’épreuve avec passion et ferveur, n’hésitant pas à camper au bord des routes serpentant sur les collines des environs de Funchal pendant toute la durée du rallye !

Une fois encore, Simon Jean-Joseph partira à la découverte d’une épreuve qui l’intéresse tout particulièrement : « Culturellement parlant je trouve très intéressant de comparer Madère avec ma Martinique natale ! Chaque rallye est une occasion de découvrir de nouvelles routes, de nouveaux paysages, de nouvelles personnes… » Sur un plan plus sportif, Simon sait qu’il n’aura pas la partie facile : « Les spéciales comportant de nombreuses dénivelées, je pense que les Super 1600 seront à la peine face aux voitures des autres catégories. J’espère compenser dans les descentes, les qualités du châssis de la Clio devraient m’y aider ! Nous avons prouvé à chaque sortie que nous étions dans le coup, mais il faut sans cesse se remettre en question pour rester au contact. »

Riche d’une dizaine de voitures, la catégorie Super 1600 aura fière allure. Simon sera notamment opposé aux 206 de l’Italien Renato Travaglia et du héros local Miguel Campos, à la C2 du Belge Bruno Thiry, à la Punto du Polonais Michal Solowow, sans oublier quelques Polo et Corsa ! N’oublions évidemment pas Pedro Matos Chaves. Autre star locale, l’ancien pilote de F1 et de GT reconverti au rallye a déjà remporté deux victoires de catégorie en Championnat du Portugal avec une Clio Super 1600 préparée par Automeca !

Dans les autres catégories, il faudra évidemment compter avec les 306 Maxi de Luca Pedersoli – leader du Championnat – et José Camacho, les Lancer Evo VIII de Miroslav Jandik, Brice Tirabassi et Pedro Leal, ainsi que la Saxo Kit-Car d’Armindo Araùjo.

PROGRAMME
> Jeudi 29 juillet : départ de l’étape 1 de Funchal à 16h38. 1 ES (2,18 km). Arrivée à Funchal à 19h40.
> Vendredi 30 juillet : départ de Funchal à 7h54. 10 ES (151,11 km). Arrivée de l’étape 1 à Funchal à 19h01.
> Samedi 31 juillet : départ de l’étape 2 de Funchal à 7h00. 9 ES (139,68 km). Arrivée finale à Funchal à 19h02

Rouergue - Arrivée  11 juillet 2004

Renault Champion d’été !

Traditionnellement caniculaire, le Rallye du Rouergue s’est disputé sous une météo sèche… mais fraîche. Il n’y eut donc pas d’histoires de pneus prématurément détruits, de freins à l’agonie ou de bitume fondu. Pas plus que d’esprits surchauffés, surtout au sein du Clio Team. L’équipe officielle Renault a su triompher sur les lieux de sa seule défaite 2003…

Avec plusieurs évolutions majeures apportées sur les Clio Super 1600, Renault Sport avait particulièrement bien préparé ce rendez-vous aveyronnais… Mais seul le chronomètre allait permettre de jauger le gain obtenu ! Les deux premières spéciales tombent dans l’escarcelle de Cédric Robert. Le pilote de la 206 ne compte que… 9/10e d’avance sur Simon Jean-Joseph, qui estime pouvoir faire mieux avec des réglages différents.

Effectivement, après un passage par l’assistance de Salles-Curan, la situation tourne en faveur de Clio. En signant deux meilleurs temps dans les spéciales de nuit, Simon s’installe en tête des Super 1600 avec 12’’ d’avance sur son rival : « Les évolutions apportées sur la voiture nous ouvrent une nouvelle marge de progression. Je pense que nous pouvons encore progresser sur l’équilibre de la voiture. »

Avec six spéciales, la deuxième étape est le gros morceau du rallye. En signant les six meilleurs temps, Simon se montre intraitable. Par petites touches ou écarts plus conséquents, il creuse l’écart sur Cédric Robert et rentre en leader à Rodez avec 35’’ d’avance : « J’ai la pression car j’ai très envie de gagner ici. C’est un rendez-vous important car l’équipe a énormément travaillé pour préparer ce rallye. Une victoire serait le meilleur moyen de récompenser tout le monde de ses efforts. Ma voiture reste perfectible, mais je m’en accommode. Je ne veux pas prendre de risques inutiles. »

La course est loin d’être terminée, car la troisième étape comporte deux passages dans la fameuse spéciale de Moyrazès. Avec deux nouveaux meilleurs temps dans les deux premières spéciales, Simon porte son avance à plus de 50’’ et se met hors d’atteinte de Cédric Robert.

Sur les lieux de sa première victoire en Métropole (1er groupe N en 1993), Simon a une pensée toute particulière pour l’équipe Renault Sport Oreca : « Merci à eux de m’avoir confié une si bonne voiture. J’ai voulu frapper un grand coup en attaquant très fort vendredi soir. J’ai continué à attaquer samedi, mais sans prendre de gros risques. Nos évolutions étaient notamment destinées à rendre la voiture plus confortable et cela se vérifie. » Il faut en outre noter le bond en avant des performances des Super 1600 par rapport à 2003. Certes, la température était plus fraîche et les conditions de route un peu meilleures, mais le gain enregistré peut atteindre la seconde au kilomètre !

Bernard Ollivier, Directeur général de Renault Sport Technologies, se montre satisfait de ce résultat à plus d’un titre : « Je suis heureux de voir que les évolutions apportées à la voiture portent leurs fruits. Une fois de plus nos deux autos sont à l’arrivée, preuve de la légendaire fiabilité de Clio. Nos deux pilotes ont fait preuve de beaucoup de panache et je crois que cela plait beaucoup aux spectateurs. Et puis cette victoire a une saveur toute particulière, puisqu’il s’agit de la dixième du Clio Team en Championnat de France. »

Classement officieux Super 1600 : 1. Jean-Joseph / Boyère (Renault Clio) 2h11’13’’5 – 2. Robert / Bedon (Peugeot 206) +56’’8 – 3. Bernardi / Fortin (Renault Clio) +2’19’’7 – 4. Bouffier / Panseri (Peugeot 206) +5’33’’4…

Leaders Super 1600 : ES1 à 2 : Robert, ES3 à 14 (arrivée) : Jean-Joseph.

Meilleurs temps Super 1600 : Jean-Joseph 10, Robert et Bernardi 2.

Championnat de France ‘Marques’ : 1. Renault 15 pts – 2. Peugeot 12 pts – 3. Citroën 7 pts.

Rouergue - Etape 2  10 juillet 2004

Score parfait pour Simon

Au point stop de l’ES5, Sébrazac-Estaing, Simon Jean-Joseph n’a pas le sourire des grands jours : « Je ne sais pas vraiment si j’ai été vite ! ». Pourtant, il vient de signer le meilleur temps des Super 1600, assenant un nouveau coup au moral de ses adversaires. Ce scénario va se répéter toute la journée : par petites touches ou par grand coups, Simon construit son avance sans jamais se relâcher.

« J’ai la pression », confie le Champion de France en titre. « J’ai tellement envie de remporter ce rallye, pour l’équipe qui a énormément travaillé pour préparer cette épreuve… Je suis attentif aux pièges et je poursuivrai mon effort le plus longtemps possible. C’est certainement la meilleure manière de ne pas commettre d’erreur. » Avec 35 secondes d’avance sur Robert, Simon peut tout de même aborder les quatre dernières spéciales en confiance.

Rouergue - Etape 1  10 juillet 2004

Simon l’étoile filante

Cette première journée se compose de deux boucles de deux spéciales : Cassagnes, une nouveauté, et Alrance, une classique dans laquelle il se passe souvent quelque chose… Du côté du Clio Team, on attend avec impatience les premiers chronos pour situer le niveau de performance de la voiture – qui vient de recevoir plusieurs évolutions – face à la concurrence.

Deuxième temps du Super 1600 dans les deux premières spéciales à sept et deux dixièmes de Cédric Robert, Simon Jean-Joseph ne se dit pas encore satisfait de ses réglages : « Les modifications apportées nous ouvrent de nouvelles voies qu’il nous faut apprendre et comprendre. Je dois notamment combattre un léger sous virage. Nous allons essayer de corriger cela pour le deuxième tour. »

Disputée de nuit, la deuxième boucle sourit à Simon. Coup sur coup, il porte deux gros coups au moral de l’adversaire et termine l’étape avec 12’’ d’avance sur Robert : « Les modifications de réglages ont porté leurs fruits, mais je pense que nous pouvons encore progresser un peu sur l’équilibre général de la voiture. Demain est un autre jour, avec des spéciales différentes. Reste à voir si ce qui fonctionnait aujourd’hui sera valable demain… »

CLASSEMENT SUPER 1600
1. Jean-Joseph / Boyère (Clio)
2. Robert / Bedon (206)
3. Bonato / Boulloud (C2)
4. Henry / Chiaroni (C2)
5. Bernardi / Fortin (Clio)
6. Enjolras / Vitrani (206)
7. Bouffier / Panseri (206)
8. Beuron / Fontaine (Clio)

Ypres - Arrivée  4 juillet 2004

Une bonne histoire belge pour Simon

Septième après la première étape, Simon a continué à apprendre le terrain spécifique des Flandres belges pour terminer l’épreuve en trombe : « Je n’ai pas très bien débuté cette seconde étape : j’ai eu un problème d’accélérateur dans la première spéciale avant de très mal conduire dans la troisième. Par la suite ça s’est beaucoup mieux passé. J’ai toutefois fait une petite erreur dans la dernière spéciale, c’est dommage car je rate le meilleur temps pour 3/10e… Je me suis rendu compte que j’arrivais à faire jeu égal avec les pilotes locaux quand j’avais une bonne visibilité. »

Après s’être défait de Bernd Casier, Simon pensait avoir conquis la cinquième place, qui le satisfaisait dans l’optique du Championnat d’Europe. Mais une cascade de pénalités et un déclassement lui permettaient de s’emparer de la seconde place : « Evidemment je ne vais pas me plaindre de ces rebondissements ! Les huit points de la deuxième place me permettent de revenir à deux points de Pedersoli au Championnat. Je voudrais féliciter Larry, qui a été l’homme du rallye ; il a prouvé que la Clio est toujours la meilleure Super 1600. Et je souhaite remercier Renault Belgique pour son implication à nos côtés. Comme au Condroz 2003, ils avaient mis les petits plats dans les grands pour nous recevoir. Ce doublé est la meilleure des récompenses… »

Simon disputera la prochaine épreuve du Championnat d’Europe du 28 au 31 juillet sur l’île portugaise de Madère. En attendant, il sera au départ du Rallye du Rouergue (4e manche du Championnat de France) le week-end prochain.

Classement général final (sous réserve de l’appel du n°19) : 1. Cols / Goddé (Clio Super 1600) 2h56’00’’6 – 2. Jean-Joseph / Boyère (Clio Super 1600) +2’41’’0 – 3. Bouche / Melin (Lancer gr. N) +2’49’’4 – 4. Snijers / Soenens (Lancer gr. N) +2’51’’7 – 5. Casier / Miclotte (Punto Super 1600) 3’12’’1 – 6. Bruyneel / Meert (Lancer gr. N) 3’20’’1 – 7. Thiry / Gilsoul (C2 Super 1600) +3’23’’7 – 8. Van de Wauwer / Rosbach (Lancer gr. N) +5’55’’6…

Championnat d’Europe (après 3 manches sur 9) : 1. Pedersoli 28 pts – 2. Jean-Joseph 26 pts – 3. Basso et Cols 10 pts – 5. Kuzaj 8 pts…