Interview  22 novembre 2007

Simon Champion pour de bon !

La FIA a confirmé aujourd’hui les résultats de l’Elpa Rally, tu es couronné Champion d’Europe des Rallyes 2007. Quel est ton sentiment ?
« C’est évidemment une grande satisfaction, même si je regrette de ne pas avoir pu savourer ce moment à l’arrivée du Rallye d’Antibes, avec Jack, l’équipe PH Sport et Citroen Sport qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour arriver à ce résultat. Je suis fier de ce titre, car nous avons été le chercher à la force du poignet. En début de saison, nous n’étions pas assurés de disputer l’intégralité du championnat. Course après course, Citroën et nos partenaires nous ont renouvelé leur confiance. Les bons résultats justifiaient de poursuivre l’aventure jusqu’au bout ! »

La saison n’avait pourtant pas commencé de la meilleure des manières…
« Un problème technique nous a contraints à l’abandon au Rallye 1000 Miglia. En Turquie, nous avons réalisé de très bons chronos sur la terre, mais nous ne pouvions pas rivaliser avec les Super 2000 de l’IRC. Pourtant, nous avons signé des temps à seulement 5/10e au kilomètre des quatre roues motrices ! A plus de 100km/h de moyenne, nous nous serions crus en Finlande… sans les bosses. Puis je suis monté sur le podium en Croatie, ce qui m’a permis d’augmenter mon capital point. En Pologne, je découvrais la C2-R2 et nous n’avons pas marqué malgré un rallye sans faute où nous nous sommes battus avec les Super 1600 et R3. En revanche, j’ai été déçu de ma prestation à Ypres. Après une grosse frayeur au shakedown, je n’ai jamais réussi à trouver le rythme en course. A mi-saison, le bilan comptable n’était pas à notre avantage, même si tout restait possible lors des cinq dernières courses. »

C’est donc le rallye de Bulgarie qui a marqué le tournant du championnat ?
« Il fallait absolument monter sur le podium pour rester dans la course au titre. Mission accomplie, puisque nous terminons deuxièmes à seulement 18’’du local de l’épreuve. C’est à ce moment que j’ai eu le déclic avec la Citroën C2 Super 1600. J’ai réussi à l’exploiter à 100% et ce résultat a augmenté ma confiance. A Madère, je me suis battu comme rarement pour aller chercher des points. Je me souviens de la dernière spéciale de la première étape, où je prends la 3e place du classement général pour moins de deux secondes. Cette position nous permettait de marquer un point supplémentaire au championnat… »

Puis tu as connu un autre rallye difficile en République Tchèque…
« Cela reste pourtant un de mes souvenirs les plus forts ! Nous avons perdu près de trois minutes à la fin de la première étape à cause d’un problème technique sur les freins. Cependant nous avons continué à attaquer… et une cascade de rebondissements nous a permis de marquer les points de la 5e place ! Autre grand moment : l’Elpa Rally. Après une tès bonne première étape sur l’asphalte, nous avons disputé la seconde journée sur la terre. Même si cette configuration n’était pas à notre avantage, j’ai adoré cette expérience ! J’ai attaqué très fort pour rester au contact des S2000 et je termine deuxième. Je suis arrivé pour la finale d’Antibes avec l’avantage sur mes adversaires. Un nouveau podium nous a permis de remporter le titre. »

Il s’agit de ta seconde couronne européenne, après celle décrochée en 2004. Le titre a-t-il été plus difficile à conquérir ?
« Sans aucun doute. En 2004, nous étions principalement opposés à des Kit-Cars 2 litres et des Super 1600 sur un championnat 100% asphalte. L’écart de performance était moins important qu’avec les Super 2000, surtout sur la terre… »

En plus du Championnat d’Europe, tu as participé à plusieurs manches de l’IRC pour faire la promotion des produits Citroën. Que retires-tu de ces expériences ?
« Ma mission consistait à démontrer les qualités des C2 Super 1600 et R2, notamment dans les pays où le WRC n’était pas présent. Je l’ai fait avec d’autant plus de plaisir que cela m’a permis de découvrir de nouveaux horizons. Je garde notamment un souvenir particulier du Rallye de Russie. Je ne connaissais ce pays qu’au travers des médias et j’ai beaucoup apprécié de voir la population s’ouvrir à notre sport. Le cérémonial start à Saint Petersburg fut grandiose ! »

La liste des engagés du Dakar 2008 vient d’être dévoilée. Tu n’y figures pas. Pour quelles raisons ?
« Je crois que j’aurai un pincement au cœur quand le rallye partira sans moi… Mais je me dis également que j’ai pris la bonne décision en ne m’engageant pas, car les opportunités qui m’étaient proposées ne me permettaient pas d’avoir les moyens de mes ambitions. »

C’est-à-dire ?
« Pour participer à cette épreuve dans de bonnes conditions et viser une place dans le top 10 final, les budgets à réunir sont très importants. Construite rallye après rallye, cette saison a mobilisé la plupart de mon énergie et je n’ai pas été en mesure de parvenir à une solution me permettant de viser ce résultat. »

Ce n’est donc qu’un au revoir ?
« Je l’espère bien, je préfère passer mon tour plutôt que de compromettre la confiance qui m’est accordée par mes partenaires. Le Dakar est une épreuve unique par le défi sportif, technique et humain qu’elle impose aux concurrents. C’est aussi la garantie de retombées de premier plan pour les partenaires. Je vais travailler pour faire mon retour en 2009. Avec un nouveau titre de champion d’Europe des rallyes, j’ai de bonnes cartes en main ! »

Rallye d'Antibes - Arrivée  21 octobre 2007

Simon « Champion » sous conditions !

L’échéance de l’attribution du titre pilote remise à plus tard n’empêche pas à l’arrivée de ce Rallye d’Antibes de tirer les conclusions d’une campagne européenne 2007 menée de main de maître par Simon Jean-Joseph, Jack Boyère et toute l’équipe PH.Sport, assistée de techniciens de Citroën Sport. « Notre objectif en début de saison était de jouer la régularité pour essayer d’inscrire le plus de points possibles au cours des trois premières épreuves », relate avec satisfaction Yves Matton, responsable Compétition Client de Citroën Sport. « Un programme, vu les résultats encourageants affichés d’entrée, qui s’est ensuite étoffé avec l’aide de nos partenaires Total, BFGoodrich ainsi que ceux de Simon. Notre ambition était également de montrer la fiabilité et la compétitivité de notre C2 Super 1600. Un double objectif atteint aujourd’hui, même si nous devrons patienter encore pour connaitre le dénouement du championnat. Le titre serait en effet une belle cerise sur le gâteau ! En attendant, je suis vraiment très fier de toute l’équipe qui s’est donnée à plus de 100% pour mener à bien cette aventure européenne. »

Satisfaction du devoir accompli également pour Simon Jean-Joseph, dont l’expérience, la pointe de vitesse et la fiabilité ont largement contribué à ce superbe résultat d’ensemble. « Nous avons vécu une très belle saison », explique le pilote Citroën Sport. « Au delà de l’aventure humaine qu’il représente, notre programme 2007 a évolué au fil des courses, de même que les objectifs ! Disputer le titre jusqu’au bout avec notre Citroën C2 Super 1600 face à une poignée d’adversaires coriaces évoluant avec des voitures à quatre roues motrices n’a pas été une mince affaire, dommage ce soir qu’il faille patienter pour connaitre le nom du champion ! » Verdict donc dans les prochaines semaines, vraisemblablement avant la mi-novembre.

De cette ultime étape du championnat disputée dans le sud de la France, qualifiée par Simon Jean-Joseph avant le départ de « véritable Monte Carlo d’automne », il faudra retenir que ce qualificatif n’a pas été usurpé. La neige et le verglas sont en effet, au cours de cette 3e et dernière journée de course, venus semer le trouble au Col de Turini, poussant les organisateurs à annuler le premier passage dans cette glorieuse classique. Pour le reste, les positions établies depuis le départ n’ont pas vraiment été bouleversées. A retenir que Simon Jean-Joseph et Jack Boyère ont ce matin signé le meilleur temps absolu dans Lantosque-Coaraze (ES 15), comme ils avaient déjà pu le faire vendredi soir dans le fameux col de Bleine. Un exploit qui n’est pas passé inaperçu et qui a laissé certains spectateurs – pourtant avertis – pantois, pensant, au vu des performances affichées, que la Citroën C2 Super 1600 était… une super 2000 ! Preuve finalement que la « petite » deux roues motrices frappée du numéro 1 a elle aussi atteint son principal objectif : étonner…

Classement général final du 42e Rallye d’Antibes*
1. R. Travaglia/S. Scatolin (Fiat Punto) 3 h 16 min 24,3 s
2. S. Jean-Joseph/J. Boyère (Citroën S1600) + 2 min 13,0 s
3. V. Isik/K. Ozsenler (Fiat Punto) + 3 min 54,3 s
4. M. Solowow/M. Baran (Fiat Punto) + 5 min 12,6 s
5. P. Mermet/G. Clerton (Fiat Punto) + 6 min 28,5 s
6. K. Donchev/S. Valchev (Mitsubishi Lancer) + 7 min 55,1 s
7. C. Vosahlo/D. Bianchi (Subaru Impreza) +10 min 08,7 s
8. M. Biasion/G. Dini (Clio R3) +12 min 30,7 s
9. D. Bruyneel/JC. Descamps (Subaru Impreza) +12 min 53,0 s
10. G. Ruggeri/N. Doglio (Clio S1600) +13 min 13,6 s

Classement final de l’European Rally Championship (ERC) après 10 manches sur 10*
1. S. Jean-Joseph, 63 points ; 2. V. Isik, 57 pts ; 3. R. Travaglia, 54 pts ; 4. M. Solowow, 46
pts ; 5. D. Iliev 43 pts… etc.

* Sous réserve de la publication officielle des résultats par la FIA

Rallye d'Antibes - Etape 2  20 octobre 2007

Simon Jean-Joseph et la Citroën C2 se rapprochent du titre

Avec 126 kilomètres chronométrés, la deuxième étape de cette dixième et dernière manche de la saison de l’European Rally Championship (l’ERC) s’annonçait longue et difficile. La boucle de trois spéciales à parcourir deux fois comportait deux morceaux d’anthologie avec la ‘Couillole’ (ES8/11) et l’épreuve baptisée ‘Conseil Général des Alpes Maritimes’ (ES9/12), le plus long chrono du rallye. Bien que courte, ‘Tournefort’ (ES7/10) pouvait également créer des surprises. Les difficultés du terrain de jeux étaient bien connues, en revanche, l’incertitude planait concernant les conditions météo.

Finalement, ces dernières s’avéraient clémentes, les nuages annoncés ayant été chassés par d’importantes bourrasques de vent. Simon démarrait le samedi prudemment…trop sans doute ! « Dans la spéciale d’ouverture, j’ai trop assuré », reconnaissait le pilote de la Martinique. « Son rythme est lent et les risques de crevaisons sont nombreux… je n’y ai vraiment pas bien piloté. La suite a été plus à notre avantage… » Effectivement, à deux reprises (ES8 et 9), la Citroën C2 Super 1600, signait le deuxième meilleur temps devant toutes les autres voitures à quatre roues motrices. Elle revenait au parc d’assistance de la mi-journée en ayant accentué son avance sur deux des trois prétendants au titre encore en course.

« La fin de cette première boucle a été plus conforme à notre potentiel », souriait « Jean-Jo ». « La Citroën s’est remarquablement comportée et j’ai aussi haussé mon niveau de pilotage. Nous sommes à la moitié du rallye et nous continuons à défendre nos chances pour la couronne européenne. Durant l’après-midi qui nous attend, beaucoup de choses peuvent encore se produire… »

Ce deuxième tour démarrait nettement mieux. Simon améliorait d’abord son temps dans ‘Tournefort’ de 16s puis poursuivait son effort en réalisant de nouveau des performances de premier plan dans les deux derniers chronos. « Nous pouvons être satisfaits de notre étape », concluait-il. « Au volant d’une Citroën C2 Super 1600 remarquablement compétitive, nous avons réussi à nous maintenir à la deuxième place, ce qui nous permet d’être toujours idéalement placés pour le titre. Une longue et difficile journée nous attend demain. Avec l’équipe PH-Sport, nous sommes tous très motivés pour aller au bout de cette aventure. »

Responsable Compétition Client Citroën Sport, Yves Matton, partage cette motivation. « L’équipage Citroën a effectué une très belle deuxième étape. Le tableau de marche est respecté. Ce soir, il inscrit encore deux points de « bonus » supplémentaires. Il reste une centaine de kilomètres pour conclure en beauté tout le travail accompli cette saison par l’ensemble de l’équipe. »

Rallye d'Antibes - Etape 1  19 octobre 2007

Simon Jean-Joseph maintient le suspense

« Les enjeux de ce 42e Rallye d’Antibes sont importants », déclarait Simon Jean-Joseph avant le départ de l’épreuve. « Pourtant, j’essaie de ne pas me mettre la pression et d’aborder la course avec pour objectif de me faire plaisir. » Le programme de cette première étape, devait effectivement permettre à l’équipage du Double Chevron de se « régaler ». Une boucle de trois spéciales était à disputer deux fois avec comme plat de résistance les 26 kilomètres du col de Bleine.

Leaders virtuels de l’European Rally Championship (l’ERC), Simon et Jack avaient quatre adversaires à surveiller. « Il est très motivant pour moi et pour toute l’équipe que le championnat se joue lors de l’ultime rendez-vous…et qui plus est en France ! », expliquait Simon. « Sur ces spéciales asphaltées que je connais assez bien, nous savons que cela ne sera pas facile. Nous sommes cinq pilotes regroupés en quatorze points et tous nous avons nos chances. Avec la C2, nous sommes les seuls à évoluer au volant d’une voiture à deux roues motrices. La bagarre promet d’être belle ! »

Les performances signées dans les trois premières spéciales, disputées par un temps printanier, confirmaient les propos de Simon. La C2 revenait au parc d’assistance classée à la deuxième place. « Je ne suis pourtant pas satisfait de mes performances », prévenait le pilote Citroën. « J’ai eu du mal à trouver le bon rythme. Ce n’était pas évident d’essayer d’aller vite sans commettre de faute. Je me suis sans doute montré trop prudent ! Enfin, la course est lancée et notre position est plutôt favorable. Attention cependant, car la prochaine boucle sera en partie de nuit…beaucoup de choses
peuvent se produire… »

La même boucle était effectivement abordée alors que le soleil se couchait tranquillement au large d’Antibes. Simon et Jack repartaient à l’attaque et signaient un superbe meilleur temps absolu dans le deuxième passage du col de Bleine. « Cette fin d’étape nous a apporté beaucoup plus de satisfaction », concluait Simon. « Petit à petit, j’ai réussi à me libérer et j’ai beaucoup mieux piloté. Sur le plan « comptable », c’est une excellente journée. Avec notre deuxième place provisoire, nous inscrivons déjà deux points bonus. Ensuite, notre position et les écarts sur nos rivaux nous placent dans une situation favorable pour demain. Je reste malgré tout prudent, car la deuxième étape s’annonce longue et difficile. Nous avons fait une partie du chemin. A nous de poursuivre sur la même voie… »

« Simon Jean-Joseph, Jack Boyère et la Citroën C2 Super 1600 ont parfaitement débuté le rallye d’Antibes », expliquait Yves Matton, responsable Compétition Client de Citroën Sport. « Cependant, nous n’avons disputé que 25 % du parcours et, étant donné l’enjeu, l’épreuve va nous paraître très longue… »

Classement à l’issue de la première étape
1. R. Travaglia/. Scatolin (Fiat Punto) + 52 min 00,1 s
2. S. Jean-Joseph/J. Boyère (Citroën S1600) + 29,7 s
3. V. Isik/K. Ozsenler (Fiat Punto) + 1 min 08,9 s
4. M. Solowow/M. Baran (Fiat Punto) + 1 min 28 s
5. P. Mermet/G. Clerton (Fiat Punto) + 2 min 00 s
6. K. Donchev/S. Valchev (Mitsubishi Lancer) + 2 min 08 s
7. C. Fontana/R. Cazzassa (Fiat Punto) + 3 min 15,2 s
8. M. Biasion/G. Dini (Clio R3) + 3 min 25,2 s
9. C. Ferrier/C. Tassan (Peugeot 206) + 3 min 40,7 s
10. G. Ruggeri/N. Doglio (Clio S1600) + 4 min 07,6 s

Rallye d'Antibes - Présentation  15 octobre 2007

Simon Jean-Joseph et la C2 Super 1600 candidats au titre

Dixième et dernière manche de l’ERC, le rallye d’Antibes est le rallye idéal pour connaître la conclusion de cette compétition. Connue pour la douceur de son climat, la Côte d’Azur est une région très agréable au mois d’octobre. Cependant, si le temps est clément en bord de mer, des surprises pourraient intervenir dans l’arrière-pays où est tracé le parcours. Le programme comprend trois longues et belles étapes de six spéciales, des boucles de trois à parcourir deux fois, avec quelques morceaux qui appartiennent au patrimoine de la discipline.

L’évocation de noms comme le ‘Turini’, le ‘Col de Bleine’, la ‘Couillole’ ou le ‘Col de l’Ablé’, impose le respect et suscite des louanges. « C’est une sorte de Monte-Carlo d’automne ! », plaisante Simon Jean-Joseph, qui possède une bonne expérience sur ces routes. Leur variété est remarquable, puisque l’on trouve aussi bien des portions très larges et rapides avec un ruban d’asphalte parfait (ES8/12 ou ES14/17) que des parties tourmentées et bosselées (ES7/10 ou ES13/16).

« Le rallye d’Antibes est un très gros « morceau » à affronter », explique Simon Jean-Joseph. « Il y a plus de 300 kilomètres de spéciales dont une partie se fera de nuit. Le Col de Bleine à la lueur des phares…c’est un grand moment ! La technicité de certaines épreuves spéciales et la connaissance que nous en avons Jack et moi seront quelquesuns de nos atouts. Nous savons que nous pouvons également compter sur la compétitivité et la fiabilité de la Citroën C2 Super 1600 sur l’asphalte pour viser un bon résultat. »

Sur le podium provisoire de l’ERC, Simon Jean-Joseph prend le départ avec de réelles possibilités de décrocher une deuxième couronne européenne après celle de 2004. « Ce ne sera pas facile », prévient le pilote Citroën, « mais nous allons tout faire pour réussir. Il ne faudra rien négliger et se montrer performants sur l’ensemble du rallye pour inscrire le maximum de points et notamment les « bonus » en fin de chaque étape. Face à la forte concurrence que nous avons rencontrée tout au long de la saison, si nous réussissions dans notre entreprise, ce serait un bel exploit. »

« Les résultats obtenus depuis le début de l’année par Simon Jean-Joseph, Jack Boyère et la Citroën C2 Super 1600 leur permettent de pouvoir prétendre au titre de Champion d’Europe », explique Yves Matton, responsable Compétition Client de Citroën Sport. « C’est une formidable prouesse. Sur l’asphalte, le talent de l’équipage, associé au potentiel de la Citroën, leur a souvent permis de se mettre en évidence face à des concurrents évoluant pourtant avec des voitures à quatre roues motrices. Ce qu’ils ont réalisé sur la terre avec la C2 Super 1600 est encore plus remarquable. La partie s’annonce rude, mais toute l’équipe est très motivée et mettra tout en oeuvre pour aider Simon et Jack dans leur challenge … »