Posts in Rallye

Madère - Etape 1  3 août 2007

Orages… et espoirs pour Simon Jean-Joseph et la C2

Débuté hier soir par la super-spéciale de Funchal, la première étape du 48e ‘Rali Vinho da Madeira’ s’est poursuivie aujourd’hui avec un programme chargé. Neuf spéciales étaient tracées sur les reliefs surplombants la capitale de cette petite île située en face du Maroc dans l’océan Atlantique. Plus de 170 kilomètres contre le chronomètre attendaient l’équipage Citroën qui devait également faire face à une rude concurrence composée de voiture à quatre roues motrices.

L’une des particularités de cette île est de posséder une météo très capricieuse. Simon et Jack en ont fait les frais. « La toute première boucle était une véritable loterie », expliquait Simon en fin de journée. « Nous avons décidé d’opter pour des pneumatiques BFGoodrich prévus pour le sec… et l’orage a éclaté à notre passage ! Nous avons réussi à limiter les dégâts mais cela fut très périlleux ! Nous avons frôlé la correctionnelle à plusieurs reprises. » Profitant de l’agilité et de l’efficacité de la C2 Super 1600 dans ces conditions de route difficiles, Jean-Jo regagnait le parc d’assistance sans avoir trop hypothéqué ses chances de bien figurer. Il n’était pourtant pas au bout de ses peines !

La deuxième boucle s’avérait tout aussi compliquée à négocier. « Même si la chaussée s’est mise à sécher », raconte encore Simon, « de nombreuses plaques d’humidité subsistaient. Avec les techniciens de Citroën Sport et les membres de l’équipe PH Sport, nous avons cette fois choisi le type de pneus offrant le meilleur compromis possible. Cela comportait le risque de se retrouver parfois avec des gommes complètement inadaptées. C’est le jeu ! Une nouvelle fois, ce fut un grand moment. » Cela n’empêchait pourtant pas la Citroën C2 Super de s’emparer de la première place des voitures à deux roues motrices et d’entamer une impressionnante remontée.

Auteur de deux meilleurs temps en Groupe A, assortis de splendides places dans les dix premiers du général (6e dans l’ES5, 7e dans l’ES6…) le Champion d’Europe 2004 faisait honneur à sa réputation et revenait rapidement dans le top 10. « Quand les routes ne s’élèvent pas trop et que les relances sont moins nombreuses, la Citroën C2 S1600 s’avère très efficace et redoutable. »

Dans un ultime effort, Simon parvenait à arracher la septième place du classement général et s’installait sur la troisième marche du podium provisoire des pilotes inscrits en ERC. « Malgré les mauvais tours joués par la météo, je suis satisfait de notre étape. Grâce au système de bonus mis en place en ERC, nous inscrivons un point dès ce soir et espérons, pourquoi pas, en marquer d’autres demain… »

Madère - Présentation  31 juillet 2007

Rendez-vous volcanique pour Simon Jean-Joseph

Le calendrier de l’Intercontinental Rally Challenge (IRC) regroupe des épreuves ayant appartenu au Championnat de Monde WRC comme le ‘Safari’ ou la ‘Turquie’. Il y a ensuite de tout nouveaux rallyes avec, par exemple, la ‘Russie’. Enfin, des manches possédant un passé sportif important complètent le programme. Un premier exemple a été donné avec ‘Ypres’ en Belgique en juin et un deuxième est apporté par le ‘Rali Vinho da Madeira’, sur l’île portugaise de Madère.

Etape incontournable du Championnat d’Europe, ‘Madère’ est considéré comme l’un des plus beaux rallyes sur asphalte du monde. Cette année, il compte pour l’European Rally Championship dont il constitue le septième rendez-vous. La qualité de son organisation et sa réputation lui ont valu d’intégrer l’IRC (cinquième manche). D’origine volcanique, cette île, longue de 57 kilomètres pour 23 de large, offre des paysages particuliers et possède un réseau routier parfait pour y tracer des spéciales.

« J’apprécie ce déplacement sur l’île de Madère qui possède des similitudes avec la Martinique », explique Simon Jean-Joseph. « Il s’agit de ma quatrième participation consécutive. Je commence à posséder une bonne connaissance du parcours. Le relief, très découpé, donne des spéciales où les montées et les descentes s’enchaînent sans cesse. Sur ce tracé hyper sinueux, l’asphalte est parfaitement lisse et offre très peu d’adhérence. Le climat tropical est imprévisible. En quelques kilomètres, on peut y subir des averses et rencontrer du brouillard. Dans ces conditions, les routes deviennent extrêmement glissantes. »

« Le caractère accidenté du terrain ne joue pas en notre faveur face aux voitures à quatre roues motrices », détaille encore Simon. « ‘Madère’ attire toujours un nombre important de candidats à la victoire et la « partie » ne sera pas facile. L’agilité de la Citroën C2 Super 1600 constitue l’un de nos atouts. A nous de compenser dans les descentes… Sa fiabilité et la compétitivité dont elle a déjà fait preuve sur asphalte me font dire qu’une fois de plus nous pouvons jouer les troubles fêtes. Pourquoi ne pas essayer de pimenter un peu cette course qui se déroule toujours dans une ambiance déjà très chaude. Notre objectif est double. Tout d’abord, tenter de signer le meilleur résultat possible dans le cadre du Championnat ERC. Ensuite, inscrire des points pour Citroën dans celui de l’IRC et ainsi démontrer aux clients de la Marque que la Citroën C2 Super 1600 est capable d’obtenir de très bons résultats face à une concurrence relevée… »

Communiqué de presse Citroën Sport

Rally Russia - Arrivée  14 juillet 2007

La Citroën C2-R2 et Simon Jean-Joseph créent l’exploit

« Réussir à obtenir une bonne position au classement général et à s’imposer en deux roues motrices est un excellent résultat » concluait Simon Jean-Joseph après deux jours de course. « En tenant compte du nombre important de véhicules équipés de transmissions intégrales et face à la grande rapidité du parcours, c’était même inespéré. Je pensais que nous pourrions jouer les troubles fêtes et je ne peux qu’être satisfait de notre prestation. »

La deuxième et dernière étape de ce premier rallye de Russie, quatrième manche de l’Intercontinental Rally Challenge (IRC), se composait de 34 kilomètres contre le chronomètre découpé en trois spéciales après l’annulation de l’ES11. Malgré sa courte distance, Simon Jean-Joseph a abordé cette journée avec prudence : « Comme nous l’avions constaté hier » expliquait le Champion d’Europe 2004, « les routes en terre que nous parcourons ont tendance à rapidement se dégrader. Même si elles sont très rapides, elles comportaient de nombreuses parties où des pierres enchâssées apparaissaient, ce qui pouvait provoquer des crevaisons ou des dégâts plus graves. »

Adoptant un rythme soutenu, mais sans prise de risques, le pilote martiniquais parvenait à conserver la tête de la catégorie deux roues motrices. « Bien que pas évidente, cette journée s’est bien déroulée. Nous avons su défendre notre position en roulant vite tout en nous ménageant une marge de sécurité. Sur l’ensemble de l’épreuve, nous avons pu nous appuyer sur l’excellente fiabilité de la Citroën C2-R2 et sur le parfait travail de l’équipe PH-Sport pour construire ce résultat. Il m’a fallu quelques kilomètres pour me sentir complètement en confiance avec la voiture. Par petites touches, je suis parvenu à adopter des réglages me permettant d’attaquer en toute confiance. Comme cela s’était produit en Pologne, les capacités de la Citroën m’ont surpris…et je crois que je n’ai pas été le seul ! »

« En plus d’essayer d’obtenir le meilleur classement possible » poursuivait Jean-Jo,
« Nous étions présents en Russie pour démontrer le potentiel et la compétitivité de la Citroën C2-R2. Dans ce pays, le rallye se développe de plus en plus et cela représente un marché important pour la Marque. Comme je l’ai dit, rien ne semblait jouer en notre faveur et pourtant, nous avons su inverser la tendance. A travers les performances signées et notre position finale au milieu des grosses GrN à quatre roues motrices et aux portes du top ten, je pense que notre objectif est atteint. Nous avons prouvé que malgré son gabarit, la Citroën C2-R2 est capable d’obtenir de très bons résultats. Elle représente ce qui se fait de mieux sur le marché du point de vue prix/performance/fiabilité. » La très belle prestation de Simon est complétée par celle de l’équipage russe Irek Dautov/Alexander Shatunov deuxièmes en catégorie deux roues motrices sur leur Citroën C2-R2.

Rally Russia - Etape 1  13 juillet 2007

La Citroën C2-R2 et Simon Jean-Joseph en tête du groupe A

L’inscription du Rally Russia au calendrier de l’Intercontinental Rally Challenge (IRC) est un évènement en sport automobile que Citroën ne voulait pas manquer. Simon Jean-Joseph se montrait enthousiaste à l’idée de prendre part à ce rallye. L’accueil reçu durant les reconnaissances ou au parc d’assistance a fini de le convaincre :
« Je découvre l’épreuve et le pays » expliquait-il. « Pour la Russie, le fait que ce rallye soit intégré à une compétition internationale est important. On ressent de l’intérêt de la part des médias et de la ferveur chez les spectateurs qui viennent nous voir. »

N’ayant pas réussi à obtenir toutes les autorisations, les organisateurs de ce premier rallye de Russie ont dû se résoudre à annuler la super-spéciale prévue en soirée à Saint Petersbourg. Hier soir, les concurrents se sont malgré tout rendus dans cette ville légendaire pour y effectuer la cérémonie de départ. Ils sont ensuite retournés à Vyborg, d’où s’est élancée ce matin cette quatrième manche du Championnat IRC. Sept spéciales étaient au programme, soit un peu plus de 102 kilomètres contre le chronomètre.

La moyenne (près de 136 km/h !) affichée par le concurrent ayant signé le premier meilleur temps, renseignait sur le profit de ces spéciales sur terre. « C’est extrêmement rapide » détaillait Simon après la boucle matinale. « Cela ressemble à la Finlande même si les routes comportent moins des bosses et sont beaucoup plus abîmées. Il y a même des portions très dégradées avec de grosses pierres. Ce n’est pas le terrain idéal pour notre C2-R2. Il m’a d’abord fallu reprendre mes marques avec la Citroën que je n’avais plus pilotée depuis deux courses. Les différences avec la C2 Super 1600 que j’utilise habituellement sont malgré tout notables. En procédant à différents petits changements de réglages, j’ai peu à peu retrouvé de bonnes sensations avec la voiture et j’ai essayé de m’appuyer sur sa compétitivité et sa fiabilité pour signer des chronos intéressants. » Simon se classait à plusieurs reprises à la deuxième place du groupe A et ne cessait de grappiller des rangs au classement général.

Après la pause, la course reprenait sous la pluie ce qui n’empêchait pas la Citroën de poursuivre sa remontée. « A l’assistance, avec l’équipe PH Sport, nous avons continué d’affiner le set up de la C2-R2. » Les améliorations payaient puisque Simon signait deux meilleurs temps et profitait d’un ennui du leader pour s’emparer de la première place du groupe A. « Nous sommes à présent dixièmes du classement général » concluait le pilote martiniquais. « Nous avons su nous montrer réguliers et rapides sur un terrain pourtant difficile. Je l’avais dit avant le départ, j’étais persuadé qu’avec notre C2-R2 nous pouvions créer la surprise. Il nous reste une étape pour confirmer ce résultat ou pourquoi pas, améliorer encore notre position. »

Rally Russia – Présentation  10 juillet 2007

Citroën et Simon Jean-Joseph au pays des tsars

Lors de son lancement, en début d’année, les organisateurs de l’Intercontinental Rally Challenge (l’IRC) ont pris deux critères pour sélectionner les épreuves du calendrier. Ils ont retenu des rallyes anciens et renommés à forte réputation (Ypres, Madère…) et d’autres se déroulant dans des pays importants. C’est le cas de la Russie qui voit pour la première fois l’une de ses manifestations de sport automobile être intégrée à une compétition intercontinentale. Cela n’était plus arrivé depuis 1914 et le Grand Prix de Saint Petersbourg. Il ne fallait en aucun cas manquer ce rendez-vous et Citroën sera présent avec Simon Jean-Joseph.

Ce 1er Rally Russia est le quatrième rendez-vous de l’IRC après le Safari, la Turquie et Ypres. Si la cérémonie de départ se déroule dans la ville mythique de Saint Petersbourg, les spéciales sont tracées dans la région de Vyborg au Nord-Ouest du pays. La proximité de la Finlande, à laquelle la ville a appartenu jusqu’en 1947, renseigne sur le profil des routes en terre. Peu cassantes, elles seront probablement très rapides avec sans doute des bosses et des lacs… un vrai petit rallye des « 1000 Lacs », mais en Russie !

Pour Simon Jean-Joseph, il s’agira de la deuxième course aux commandes de la Citroën C2-R2, qu’il a découvert lors du récent rallye de Pologne (8-10 juin). Après une prise en main prudente, le pilote martiniquais avait progressivement haussé le rythme, se mêlant à la lutte en catégorie GrA. « C’est avec immense plaisir que je vais découvrir ce pays et cette épreuve » explique-t-il. « J’ai à présent une bonne connaissance de la Citroën C2-R2. Il ne faut pas se fier à son gabarit. Elle possède un potentiel très intéressant et sur un terrain rapide nous pouvons créer la surprise. Même si la victoire est difficile à envisager face aux nombreuses voitures à quatre roues motrices, je pense qu’avec la fiabilité et la compétitivité de la C2-R2, nous pouvons atteindre une bonne place. »

« Il y avait un fort intérêt de la part des représentants de Citroën Russie pour que l’on vienne rouler dans cette épreuve » explique Yves Matton, Responsable Compétition Client Citroën Sport. « Il y a de nombreuses voitures de la Marque qui évoluent en Russie. La Citroën C2-R2 est notre produit phare et à travers la participation de Simon Jean-Joseph nous voulons montrer l’étendue de son potentiel. Commercialement, c’est également un pays important pour Citroën. Enfin, ce rallye va, pour la première fois, bénéficier d’une bonne couverture médiatique à travers son inscription en IRC. Nous nous devions de participer à ce rendez-vous. »