Posts in Rallye

  12 octobre 2007

Barum Rally 2007

Elpa Rally - Arrivée  8 octobre 2007

Simon Jean-Joseph deuxième du classement

Classement général provisoire du 32e Elpa Rally
1. V. Isik / K. Ozsenler (Fiat Punto) 3:04’42″2
2. S. Jean-Joseph / J. Boyère (Citroën C2) +3’33″8
3. M. Solowow / M. Baran (Fiat Punto) +3’51″2
4. C. Donchev / S. Valchev (Mitsubishi Lancer) +4’16″5
5. G. Nioras / A. Goussetis (Subaru Impreza) +8’17″1

Elpa Rally - Arrivée  7 octobre 2007

Copie parfaite pour Simon Jean-Joseph et la Citroën C2

Après une première étape disputée sur asphalte, les concurrents affrontaient aujourd’hui les spéciales en terre situées près de Porto Carras. Avec trois tronçons de plus de vingt kilomètres à parcourir deux fois, c’est un nouveau rallye qui débutait !

De bon matin, Simon Jean-Joseph et Jack Boyère s’élançaient dans la spéciale de Toroni. Un boyau de 29,13 kilomètres, jalonné de pierres, sinueux, étroit et constituant à lui seul un morceau de bravoure. Dans la foulée, le premier passage dans Ambelonas était tout aussi exigeant pour les hommes et la mécanique. Simon parvenait à se maintenir à la 3e position du classement scratch avant l’assistance.

Le troisième chrono du jour, Parthenonas, était plus à l’avantage de la C2 Super 1600. Simon y signait le 4e temps absolu… avant de repartir à l’assaut de Toroni. Améliorant son temps du premier passage de 40 secondes, le Martiniquais repoussait les assauts de Donchev et préservait sa troisième place.

« C’est une étape extrêmement difficile, dans la lignée des plus dures éditions de ‘l’Acropolis’. Les deux premières spéciales n’étaient pas à notre avantage, avec beaucoup de montées où nous patinions, balayant du même coup la route pour nos poursuivants », expliquait Simon. « Le chrono de Parthenonas, en revanche, convenait mieux à notre C2 Super 1600. Nous allons tout donner pour conserver notre troisième place dans les deux dernières spéciales, mais être à l’arrivée reste l’objectif principal. »

Simon ayant connu une alerte dans Toroni 2, les mécaniciens de PH-Sport réalisaient un véritable exploit en changeant par précaution la boîte de vitesses, l’embrayage et une transmission en moins de 19 minutes !

Dans l’avant-dernière spéciale, Donchev s’emparait de la troisième place. Mais le Bulgare perdait une minute dans Parthenonas 2 et Simon récupérait son bien : « Comme je l’avais prévu, cette seconde étape a été l’école de la patience. Avec plus de la moitié des spéciales sur terre, terminer sur le podium n’avait rien d’évident. C’est une belle récompense pour l’équipe PH-Sport, qui a une nouvelle fois effectué un travail parfait en nous confiant une C2 aussi fiable que performante. »

Ce podium est une excellente opération dans l’optique du Championnat d’Europe. Garcia Ojeda n’ayant pas disputé le minimum requis de six épreuves, il ne sera pas classé en fin de saison : ‘Jean-Jo’ est donc virtuel leader, à égalité avec Isik. Travaglia et Iliev conservant également leurs chances, c’est un match à quatre qui se jouera dans deux semaines à Antibes.

« Simon et Jack ont confirmé leur excellente première étape en faisant un sans-faute sur la terre », conclut Yves Matton, responsable de la Compétition Client de Citroën Sport. « C’est la preuve de la polyvalence de la C2 Super 1600, capable de grandes performances sur tous les terrains. A son volant, Simon devra de nouveau le démontrer sur l’asphalte de l’Antibes, une surface qui leur a jusqu’à présent plutôt bien réussi ! »

Classement général final du 32e Elpa Rally
1. V. Isik / K. Ozsenler (Fiat Punto) 3 h 04 min 42, 2 s
2. R. Travaglia / D. Vernuccio (Mitsubishi Lancer) + 1 min 28, 8 s
3. S. Jean-Joseph / J. Boyère (Citroën C2) + 3 min 33, 8 s
4. M. Solowow / M. Baran (Fiat Punto) + 3 min 51, 2 s
5. C. Donchev / S. Valchev (Mitsubishi Lancer) + 4 min 16, 5 s
6. G. Nioras / A. Goussetis (Subaru Impreza) + 8 min 17, 1 s
7. P. Topsis / K. Tsotsos (Mitsubishi Lancer) + 9 min 22, 6 s
8. M. Stefanis / K. Stefanis (Mitsubishi Lancer) + 12 min 15, 6 s
9. L. Kyrkos / G. Polyzois (Mitsubishi Lancer) + 13 min 22, 5 s
10. D. Nassoulas / M. Patrikoussis (Mitsubishi Lancer) + 14 min 23, 6 s

Classement de l’European Rally Championship (ERC) après 9 manches sur 10
1. E. Garcia Ojeda 51 points
2. S. Jean-Joseph et V. Isik 48 pts
4. R. Travaglia 46 pts
5. D. Iliev 43 pts…

Elpa Rally - Etape 1  6 octobre 2007

Superbe journée pour Jean-Joseph et la Citroën C2

Après avoir découvert la péninsule de l’Halkidiki en reconnaissances, Simon Jean-Joseph était impatient d’en découdre sur les routes de cette belle région du nord de la Grèce : « Les spéciales sur asphalte de la première étape sont variées, avec plus de grip que ce à quoi je m’attendais. On se croirait presque en Catalogne… »

Le rallye débutait vendredi soir avec une courte spéciale tracée près de Porto Carras, la plaque tournante de l’épreuve. D’emblée, Simon signait le meilleur temps scratch : « Je n’avais plus piloté de nuit depuis quelque temps, mais je me suis régalé sur cette belle route côtière. C’est une bonne entrée en matière ! »

Cette journée du samedi était composée de deux boucles de trois spéciales situées à 70 kilomètres au nord de Porto Carras. La matinée était intense pour Simon Jean-Joseph et Jack Boyère, qui faisaient jeu égal avec les voitures à quatre roues motrices. L’équipage de la C2 Super 1600 regagnait l’assistance en deuxième position, à seulement 6/10e du Turc Volkan Isik : « Tout s’est bien passé, la C2 est très agréable à piloter. Nous allons procéder à quelques ajustements pour la rendre moins sous-vireuse sur les portions de goudron glissant, même si c’est surtout à moi d’adapter mon pilotage dans ces conditions. »

La course reprenait de plus belle l’après-midi, avec une bagarre à coups de dixièmes de seconde. Au second passage dans la longue spéciale d’Holomondas, le Martiniquais décrochait un nouveau temps scratch, 6/10e devant son rival Isik… De retour à Porto Carras, Simon dressait le bilan de la journée pendant que les mécaniciens de l’équipe PH-Sport transformaient la C2 Super 1600 en vue des spéciales sur terre de la seconde étape : « Les modifications de réglages effectuées à l’assistance de la mi-journée ont porté leurs fruits. J’ai peut-être été un peu trop prudent dans les portions les plus sales et je manque la tête de la course de très peu. Terminer la journée en leader m’aurait permis de marquer un point supplémentaire au Championnat d’Europe. Quoi qu’il en soit, le fait d’avoir rivalisé tout au long de la journée avec une S2000 prouve le potentiel de la C2 Super 1600. »

Demain, un nouveau rallye commencera pour Simon et ses adversaires : « Ces spéciales sur terre nous réservent bien des surprises. Nous allons faire le choix de la prudence en optant pour une hauteur de caisse élevée et deux roues de secours à bord. Si nous roulons sans faire d’erreur, nous pourrons marquer quelques points supplémentaires au Championnat. »

« Simon et Jack ont fait un sans-faute aujourd’hui en exploitant les qualités de la C2 Super 1600 », souligne Yves Matton, responsable de la Compétition Client de Citroën Sport. « Ils vont devoir s’adapter à des conditions totalement différentes demain. Je leur fais confiance pour obtenir le meilleur résultat possible en vue du championnat. »

Elpa Rally - Présentation  1 octobre 2007

Simon Jean-Joseph et la Citroën C2 font leur rentrée en Grèce

Pour la première fois depuis 2002, cette avant-dernière manche du Championnat ERC a pour cadre la péninsule de l’Halkidiki, au nord de la Grèce. L’autre changement important cette année, est la mixité du parcours. En effet, si la super-spéciale et la première étape se déroulent sur l’asphalte, la deuxième journée se court sur la terre. Avec 148 km de spéciale, la terre est la surface la plus représentée dans un découpage classique, composé de boucles d’épreuves chronométrées à effectuer deux fois.

Après une période estivale bien occupée par plusieurs rallyes en ERC et en Intercontinental Rally Challenge (IRC), une mini trêve s’était opérée depuis le Barum Rally, fin août. L’équipe PH-Sport a profité de ce moment pour parfaire encore la préparation de la Citroën C2 Super 1600 qui sera utilisée en Grèce. De son côté, Simon Jean-Joseph s’est concocté un programme pour rester en forme. « Il est temps que cela reprenne ! », s’exclame Simon. « Je suis impatient de retrouver la compétition et très motivé par les échéances qui nous attendent, à commencer par l’Elpa Rally. »

« A travers mes différentes participations à l’Acropolis, où celles, effectuées en Championnat d’Europe », poursuit le pilote des Antilles, « j’ai acquis une certaine expérience des routes grecques. Cela me sera utile pour disputer l’Elpa dont on ne sait pas grand-chose. Hormis le fait que la course soit mixte, on part un peu dans l’inconnu. Généralement, l’asphalte est peu abrasif et offre une adhérence limitée. Les spéciales sur terre méritent souvent leur réputation de plus cassantes du championnat. Espérons que ce ne sera pas trop le cas cette année. »

« J’apprécie les deux surfaces », commente l’actuel troisième du Championnat ERC, « donc la mixité ne me pose pas de problèmes. Du point de vue du pilotage, je trouve même cela très bien. Cela ne joue, en revanche, pas en notre faveur face aux voitures à quatre roues motrices. Nous allons tenter de nous montrer rapides et réguliers tout au long du week-end pour essayer d’inscrire un maximum de points. L’efficacité de la C2 et sa solidité sur les terrains difficiles seront de précieux atouts pour atteindre cet objectif. »

Pour Bernard Piallat, le patron de l’équipe PH-Sport, un parcours mixte ne crée pas plus de soucis : « Il faut surtout bien préparer la course en amont pour ne rien oublier lorsque nous transformerons la C2 Super 1600 de sa version asphalte, à la version terre. Les modifications concernent les suspensions, les freins, les triangles, les berceaux… Des protections seront aussi ajoutées… L’équipe connaît bien la C2, sur laquelle, ce type d’intervention se fait assez facilement. Les 2h45 qui nous sont accordées pour effectuer les changements seront suffisantes et les mécanos sont très motivés à l’idée d’effectuer toutes ces modifications qui sortent vraiment de l’ordinaire. »

« Depuis le début de la saison, Simon Jean-Joseph, Jack Boyère et la Citroën C2 Super 1600 se mettent en évidence aussi bien sur asphalte que sur terre », analyse Yves Matton, responsable Compétition Client de Citroën Sport. « Avec un parcours mixte, ils auront, le temps d’un weekend, de nouveau l’occasion de montrer leur compétitivité sur ces deux surfaces. C’est une fois de plus un challenge intéressant qui se dresse devant Simon, Jack et leur C2. Ils pourront compter sur le potentiel et la fiabilité de leur Citroën pour tenter d’inscrire des points qui leur permettront de se présenter au départ du Rallye d’Antibes, dernière manche de la saison, avec des chances de bien terminer sur le podium final du Championnat. »