Elpa Rally - Etape 1  6 octobre 2007

Superbe journée pour Jean-Joseph et la Citroën C2

Après avoir découvert la péninsule de l’Halkidiki en reconnaissances, Simon Jean-Joseph était impatient d’en découdre sur les routes de cette belle région du nord de la Grèce : « Les spéciales sur asphalte de la première étape sont variées, avec plus de grip que ce à quoi je m’attendais. On se croirait presque en Catalogne… »

Le rallye débutait vendredi soir avec une courte spéciale tracée près de Porto Carras, la plaque tournante de l’épreuve. D’emblée, Simon signait le meilleur temps scratch : « Je n’avais plus piloté de nuit depuis quelque temps, mais je me suis régalé sur cette belle route côtière. C’est une bonne entrée en matière ! »

Cette journée du samedi était composée de deux boucles de trois spéciales situées à 70 kilomètres au nord de Porto Carras. La matinée était intense pour Simon Jean-Joseph et Jack Boyère, qui faisaient jeu égal avec les voitures à quatre roues motrices. L’équipage de la C2 Super 1600 regagnait l’assistance en deuxième position, à seulement 6/10e du Turc Volkan Isik : « Tout s’est bien passé, la C2 est très agréable à piloter. Nous allons procéder à quelques ajustements pour la rendre moins sous-vireuse sur les portions de goudron glissant, même si c’est surtout à moi d’adapter mon pilotage dans ces conditions. »

La course reprenait de plus belle l’après-midi, avec une bagarre à coups de dixièmes de seconde. Au second passage dans la longue spéciale d’Holomondas, le Martiniquais décrochait un nouveau temps scratch, 6/10e devant son rival Isik… De retour à Porto Carras, Simon dressait le bilan de la journée pendant que les mécaniciens de l’équipe PH-Sport transformaient la C2 Super 1600 en vue des spéciales sur terre de la seconde étape : « Les modifications de réglages effectuées à l’assistance de la mi-journée ont porté leurs fruits. J’ai peut-être été un peu trop prudent dans les portions les plus sales et je manque la tête de la course de très peu. Terminer la journée en leader m’aurait permis de marquer un point supplémentaire au Championnat d’Europe. Quoi qu’il en soit, le fait d’avoir rivalisé tout au long de la journée avec une S2000 prouve le potentiel de la C2 Super 1600. »

Demain, un nouveau rallye commencera pour Simon et ses adversaires : « Ces spéciales sur terre nous réservent bien des surprises. Nous allons faire le choix de la prudence en optant pour une hauteur de caisse élevée et deux roues de secours à bord. Si nous roulons sans faire d’erreur, nous pourrons marquer quelques points supplémentaires au Championnat. »

« Simon et Jack ont fait un sans-faute aujourd’hui en exploitant les qualités de la C2 Super 1600 », souligne Yves Matton, responsable de la Compétition Client de Citroën Sport. « Ils vont devoir s’adapter à des conditions totalement différentes demain. Je leur fais confiance pour obtenir le meilleur résultat possible en vue du championnat. »

Leave a Reply