Madère - Etape 1  3 août 2007

Orages… et espoirs pour Simon Jean-Joseph et la C2

Débuté hier soir par la super-spéciale de Funchal, la première étape du 48e ‘Rali Vinho da Madeira’ s’est poursuivie aujourd’hui avec un programme chargé. Neuf spéciales étaient tracées sur les reliefs surplombants la capitale de cette petite île située en face du Maroc dans l’océan Atlantique. Plus de 170 kilomètres contre le chronomètre attendaient l’équipage Citroën qui devait également faire face à une rude concurrence composée de voiture à quatre roues motrices.

L’une des particularités de cette île est de posséder une météo très capricieuse. Simon et Jack en ont fait les frais. « La toute première boucle était une véritable loterie », expliquait Simon en fin de journée. « Nous avons décidé d’opter pour des pneumatiques BFGoodrich prévus pour le sec… et l’orage a éclaté à notre passage ! Nous avons réussi à limiter les dégâts mais cela fut très périlleux ! Nous avons frôlé la correctionnelle à plusieurs reprises. » Profitant de l’agilité et de l’efficacité de la C2 Super 1600 dans ces conditions de route difficiles, Jean-Jo regagnait le parc d’assistance sans avoir trop hypothéqué ses chances de bien figurer. Il n’était pourtant pas au bout de ses peines !

La deuxième boucle s’avérait tout aussi compliquée à négocier. « Même si la chaussée s’est mise à sécher », raconte encore Simon, « de nombreuses plaques d’humidité subsistaient. Avec les techniciens de Citroën Sport et les membres de l’équipe PH Sport, nous avons cette fois choisi le type de pneus offrant le meilleur compromis possible. Cela comportait le risque de se retrouver parfois avec des gommes complètement inadaptées. C’est le jeu ! Une nouvelle fois, ce fut un grand moment. » Cela n’empêchait pourtant pas la Citroën C2 Super de s’emparer de la première place des voitures à deux roues motrices et d’entamer une impressionnante remontée.

Auteur de deux meilleurs temps en Groupe A, assortis de splendides places dans les dix premiers du général (6e dans l’ES5, 7e dans l’ES6…) le Champion d’Europe 2004 faisait honneur à sa réputation et revenait rapidement dans le top 10. « Quand les routes ne s’élèvent pas trop et que les relances sont moins nombreuses, la Citroën C2 S1600 s’avère très efficace et redoutable. »

Dans un ultime effort, Simon parvenait à arracher la septième place du classement général et s’installait sur la troisième marche du podium provisoire des pilotes inscrits en ERC. « Malgré les mauvais tours joués par la météo, je suis satisfait de notre étape. Grâce au système de bonus mis en place en ERC, nous inscrivons un point dès ce soir et espérons, pourquoi pas, en marquer d’autres demain… »

Leave a Reply