Rally Russia - Etape 1  13 juillet 2007

La Citroën C2-R2 et Simon Jean-Joseph en tête du groupe A

L’inscription du Rally Russia au calendrier de l’Intercontinental Rally Challenge (IRC) est un évènement en sport automobile que Citroën ne voulait pas manquer. Simon Jean-Joseph se montrait enthousiaste à l’idée de prendre part à ce rallye. L’accueil reçu durant les reconnaissances ou au parc d’assistance a fini de le convaincre :
« Je découvre l’épreuve et le pays » expliquait-il. « Pour la Russie, le fait que ce rallye soit intégré à une compétition internationale est important. On ressent de l’intérêt de la part des médias et de la ferveur chez les spectateurs qui viennent nous voir. »

N’ayant pas réussi à obtenir toutes les autorisations, les organisateurs de ce premier rallye de Russie ont dû se résoudre à annuler la super-spéciale prévue en soirée à Saint Petersbourg. Hier soir, les concurrents se sont malgré tout rendus dans cette ville légendaire pour y effectuer la cérémonie de départ. Ils sont ensuite retournés à Vyborg, d’où s’est élancée ce matin cette quatrième manche du Championnat IRC. Sept spéciales étaient au programme, soit un peu plus de 102 kilomètres contre le chronomètre.

La moyenne (près de 136 km/h !) affichée par le concurrent ayant signé le premier meilleur temps, renseignait sur le profit de ces spéciales sur terre. « C’est extrêmement rapide » détaillait Simon après la boucle matinale. « Cela ressemble à la Finlande même si les routes comportent moins des bosses et sont beaucoup plus abîmées. Il y a même des portions très dégradées avec de grosses pierres. Ce n’est pas le terrain idéal pour notre C2-R2. Il m’a d’abord fallu reprendre mes marques avec la Citroën que je n’avais plus pilotée depuis deux courses. Les différences avec la C2 Super 1600 que j’utilise habituellement sont malgré tout notables. En procédant à différents petits changements de réglages, j’ai peu à peu retrouvé de bonnes sensations avec la voiture et j’ai essayé de m’appuyer sur sa compétitivité et sa fiabilité pour signer des chronos intéressants. » Simon se classait à plusieurs reprises à la deuxième place du groupe A et ne cessait de grappiller des rangs au classement général.

Après la pause, la course reprenait sous la pluie ce qui n’empêchait pas la Citroën de poursuivre sa remontée. « A l’assistance, avec l’équipe PH Sport, nous avons continué d’affiner le set up de la C2-R2. » Les améliorations payaient puisque Simon signait deux meilleurs temps et profitait d’un ennui du leader pour s’emparer de la première place du groupe A. « Nous sommes à présent dixièmes du classement général » concluait le pilote martiniquais. « Nous avons su nous montrer réguliers et rapides sur un terrain pourtant difficile. Je l’avais dit avant le départ, j’étais persuadé qu’avec notre C2-R2 nous pouvions créer la surprise. Il nous reste une étape pour confirmer ce résultat ou pourquoi pas, améliorer encore notre position. »

Leave a Reply