Croatia Rally - Etape 1  26 mai 2007

Simon Jean-Joseph et Citroën performants mais retardés

La première journée de cette troisième manche de l’ERC (European Rally Championship), comprenait 140,12 km chronométrés répartis en neuf spéciales sur asphalte. Tracés à l’ouest de Zagreb, à travers le parc ‘Žumberak-Samoborsko-Gorje’, trois chronos, dont les longs et difficiles 33,17 km de ‘Budlinjak’, devaient être parcourus à plusieurs reprises. En guise de dessert, les concurrents disputaient en fin d’après-midi, la super-spéciale de ‘Bundek’, dans les faubourgs de la capitale Croate.

L’équipage Citroën et les membres de PH-Sport étaient très motivés au moment de découvrir cette épreuve. « Dès les reconnaissances » expliquait Simon, « j’ai senti que, sur ce parcours sans relances, nous pouvions jouer les premiers rôles. Les principales difficultés étaient de maîtriser l’absence de grip sur ces routes et de bien négocier les portions qui vont être salies par les passages répétés des concurrents. » Affirmant encore un peu plus sa détermination, « Jean-Jo » se montrait le plus rapide lors du shakedown jeudi.

Conscient de l’opportunité qui s’offrait à lui, le pilote de la Citroën C2 S1600 passait immédiatement à l’offensive. Auteur du meilleur temps dans l’ES2, il s’emparait de la tête de la course mais restait prudent quant à la suite des évènements : « Nous n’avons disputé que deux spéciales. Le rallye est encore très long. Beaucoup de choses peuvent se produire. » Ses propos prenaient tout leur sens lorsque le pilote Martiniquais crevait au début du troisième chrono : « Dans une corde, masquée par de l’herbe, il y avait une pierre. La crevaison a été instantanée. Nous n’avons pas eu d’autre choix que nous arrêter pour changer la roue. » Simon débutait alors une folle remontée.

« La seule option qui s’offrait à moi pour le reste de l’étape, était d’attaquer » racontait-il depuis le parc d’assistance de Zagreb. Durant les cinq spéciales suivantes, il ne quittait jamais le trio de tête, signant un nouveau meilleur temps dans le plus long tronçon (ES6).
« Avec la terre et les pierres rapportées sur la route par les autres concurrents, ce n’était vraiment pas facile. Nous sommes malgré tout parvenus à combler une partie de notre retard. » Il passait en effet de la 16e à la 6e place. L’objectif de la deuxième étape, sera d’essayer d’améliorer encore cette position.

Pour Yves Matton, Responsable Compétition Client Citroën Sport, le bilan de cette première étape est mitigé : « Au volant de la C2 Super 1600, Simon et Jack ont réalisé de très belles performances aujourd’hui. A deux reprises, ils ont devancé toutes les voitures à quatre roues motrices. Cela démontre, une fois de plus, le potentiel de la Citroën. Il est cependant regrettable que, comme sur l’asphalte du rallye 1000 Miglia, une crevaison soit venue ternir leur prestation. Ils étaient alors en tête de la course avec de réelles chances de s’y maintenir. Demain, à l’image de ce qu’il a déjà démontré en Turquie, Simon va devoir sortir la « grosse attaque » s’il veut se rapprocher du podium, seule solution pour inscrire des points importants en ERC. »

Leave a Reply