Dakar 2007 - Etape 4  9 janvier 2007

Simon entre dans le top 15

Cette deuxième journée disputée sur les pistes marocaines a été endeuillée par le décès du motard sud-africain Elmer Symons, tombé au kilomètre 142 de la spéciale.

La course des autos a été dominée par Jean-Louis Schlesser et son buggy deux roues motrices. Déjà vainqueur d’une spéciale au Maroc l’an passé, le pilote-constructeur a devancé Carlos Sainz (Volkswagen) de près de 8 minutes. Au classement général, l’Espagnol conserve la tête devant ses équipiers Giniel de Villiers et Carlos Sousa.

Le grand perdant du jour est Stéphane Peterhansel, qui a perdu 25 minutes après un problème d’embrayage. Pour l’heure, le meilleur pilote Mitsubishi est Nani Roma, 3e de cette spéciale et 4e du classement général. Jutta Kleinschmitt (BMW) et Yvan Muller (Dessoude) ont également perdu beaucoup de temps aujourd’hui…

Pendant ce temps, Simon Jean-Joseph et Jack Boyère ont poursuivi sur un rythme similaire à celui de la veille. Parti en dix-neuvième position, l’équipage n°326 était pointé au même rang au premier contrôle de passage, situé près de la frontière algérienne. Le buggy rose gagnait deux places dans la deuxième portion en passant Kleinschmitt et Holowczyc.

« Nous abordions cette spéciale avec une certaine appréhension car nous devions passer les premiers cordons de dunes. Le parcours était magnifique et très varié. Mais nous avons mangé de la poussière comme jamais », déclarait Jack en arrivant au bivouac. « Nous avons rattrapé beaucoup de motards qui font comme ils peuvent pour se laisser doubler. Du côté des voitures, les pilotes jouent plus ou moins le jeu, mais c’est la règle et tout le monde en souffre plus ou moins. »

« Le début de la spéciale a été bon, puisque nous avons gagné plusieurs places. J’ai perdu beaucoup de temps en essayant de doubler Paulo Nobre, qui nous avait déjà gênés hier », racontait Simon. « En cherchant à le passer dans une dune, nous avons même perdu le capot avant ! Ensuite, nous avions beaucoup de poussière qui rentrait dans l’habitacle… »

Simon tire néanmoins un bilan positif de cette spéciale : « Nous sommes passés au travers des pièges, ce qui n’est pas le cas de tout le monde ! Je dois dire que j’avais une boule au ventre en voyant se dessiner les premiers ergs. J’ai encore besoin d’emmagasiner beaucoup d’expérience sur ces difficultés très particulières pour me sentir à l’aise. Comme nous avons eu un souci avec le système de regonflage des roues, j’ai été prudent sur les derniers kilomètres pour ne pas crever. »

Leave a Reply