Dakar 2007 - Etape 7  12 janvier 2007

Arrivés à Atâr, mais avec du retard…

Comme prévu, la Mauritanie est le juge de paix de ce Dakar 2007. La spéciale du jour n’a pas été exempte de rebondissements, même si elle a été amputée de son derniers tiers pour des raisons de sécurité. En effet, une violente tempête de sable empêchait les hélicoptères de survoler la zone de la spéciale.

En tête pendant une bonne partie de la spéciale, Stéphane Peterhansel (Mitsubishi) s’est finalement incliné face à Giniel de Villiers (VW), qui prend du même coup la tête du rallye à Carlos Sainz. ‘Peter’ remonte en 3e position après les ennuis de Carlos Sousa. Parmi les leaders, Nani Roma a perdu plus de six heures après avoir fait un tonneau dans les dunes.

Nani a donc perdu un peu plus de temps que Simon Jean-Joseph et Jack Boyère… Après un superbe départ, l’équipage a été stoppé par la mécanique au kilomètre 125 : « Jack a fait un super travail de navigation et nous avons gagné plusieurs places dès les premiers kilomètres. Nous avons entendu qu’il y avait un problème à l’échappement et j’ai adopté un rythme très calme. J’étais dans le bon wagon, avec tous les leaders, quand la voiture s’est arrêtée à cause d’un problème venant de la transmission. Quand nous nous sommes rendus compte que la boîte de vitesses était cassée et qu’il fallait attendre le camion d’assistance, nous avons compris que notre progression allait être stoppée… »

Deux heures plus tard, le camion T4 de l’équipe Fast & Speed arrivait et tout le monde se mettait au travail pour changer la boîte de vitesses dans une tempête de sable. Simon repartait après plus de quatre heures d’arrêt, mais il restait encore plus de 250 kilomètres à parcourir…

Sans prendre de risques, l’équipage de la sauterelle rose rejoignait une zone de dunes fortement encombrée : « Il y en avait dans tous les sens, pire que le périphérique parisien un vendredi soir ! Nous nous sommes vite ensablés, mais nous sommes également vite repartis et nous avons avalés tous les cordons de dunes d’une seule traite. Comme nous avions de nouveau abîmé le capot avant, j’ai du m’arrêter à deux reprises pour le fixer avec les moyens du bord. »

Simon et Jack sont arrivés à Atâr avec près de 5h30’ de retard sur le vainqueur du jour. Classés à la 102e place de la spéciale, ils chutent à la 32e place du classement général : « Que dire, sinon que nous avons vécu une immense déception ! Cette voiture et cette boîte de vitesses sont pourtant réputées pour leur fiabilité… Nous ferons le point demain matin, après une bonne nuit de sommeil. Nous allons tout faire pour rallier Dakar à la meilleure place possible. »

Leave a Reply