Barum - Arrivée  22 août 2005

Simon marque le pas

Si la pluie était largement tombée pendant les reconnaissances, le soleil faisait son grand retour pour le départ de l’épreuve, donné vendredi soir à Zlin. D’emblée, Simon Jean-Joseph se portait en tête à l’issue de la courte spéciale spectacle.

Les choses sérieuses commençaient samedi matin avec la suite de la première étape. Dès l’ES2, Simon savait qu’il n’inscrirait pas son nom pour la deuxième fois consécutive au palmarès de l’épreuve : posé sur un talus pendant près de quatre minutes, il voyait donc le manque de réussite s’acharner : « Etre le premier sur la route sans avoir d’informations des ouvreurs rend les choses très difficiles. Je me suis fais piéger bêtement sur une plaque de graviers. La voiture n’a rien, je vais donc continuer à attaquer. Tant que le rallye n’est pas terminé on ne sait jamais ce qui se peut se passer. »

Simon le prouve en signant le scratch dans l’ES3. C’est à ce moment de la course que Renato Travaglia prend la tête pour ne plus la quitter jusqu’à l’arrivée. Simon signe encore deux scratches, mais sa course prend définitivement fin dans l’ES9 alors qu’il était remonté de la 105e à la 16e place : « J’étais à l’attaque et je suis sorti un peu trop large, à nouveau sur des graviers. La voiture a glissé dans un fossé et nous sommes partis en tonneaux. J’assume complètement cette erreur. Nous avons connu une période faste, avec de nombreuses victoires, et force est de constater que nous sommes dans une phase plus difficile. Je suis très déçu, notamment pour l’équipe qui n’arrête pas de travailler. Je ne vais pas baisser les bras pour autant et continuer à me battre jusqu’au bout. Aujourd’hui, mes pensées vont avant tout vers les familles et les proches des Martiniquais disparus dans ce tragique accident d’avion. »

Auteur de quatre meilleurs temps, Renato Travaglia contrôlait la course lors de la deuxième étape. Auteur d’une belle remontée, Giandomenico Basso et sa Fiat Punto officielle terminent au deuxième rang.

Au Championnat, Travaglia compte désormais quatorze et vingt-quatre points d’avance sur Basso et Jean-Joseph. L’Italien ne pourra pas disputer la manche grecque, en concurrencede date avec le San Remo. Mais son avance est telle qu’il peut commencer à songer à une deuxième couronne…

Leave a Reply