Interview  1 janvier 2005

Bonnes fêtes !

Avec ton titre de Champion d’Europe et le titre de Renault en Championnat de France, tu as atteint tous tes objectifs cette saison.
« Et même un peu plus car les deux titres ont été conquis avant l’heure ! Ce détail prouve la qualité du travail de toute l’équipe. A l’heure des bilans, je voudrais une nouvelle fois tout particulièrement souligner l’excellent travail d’Oreca. Jamais cette saison, en dix-sept épreuves, ma Clio n’a connu de problèmes mécanique sérieux.

On dit souvent qu’il est plus difficile de confirmer une fois arrivé au sommet… Cet adage n’a pas eu de prise sur la Clio ?
« Nous étions attendus cette saison, c’est certain. Il faut rappeler que lors de sa première année sous les couleurs officielles Renault, la Clio a remporté le Championnat de France et le Championnat du Monde Junior. Tous nos concurrents avaient pris comme repère nos performances. Renault Sport Technologies pour le développement et Oreca pour l’exploitation ont tout fait pour rester au top. Au niveau des équipages, je me suis très bien entendu avec Nicolas Bernardi. Nous avions la volonté commune de faire gagner le Clio Team. Sans cette cohésion à tous les étages, il aurait été plus difficile d’atteindre ces résultats. »

Pour conclure la saison, tu es allé participer au Critérium Crédit Moderne à la Martinique. On imagine que ce devait être un rendez-vous très important pour toi.
« Effectivement la grande parade dans les rues de Fort de France qui a précédé le rallye restera a tout jamais gravée dans ma mémoire. Les Martiniquais m’ont rendu un hommage inoubliable. J’ai ensuite eu le grand plaisir au cours du rallye de retrouver les routes sur lesquelles j’ai appris à conduire, ainsi que quelques pilotes avec qui j’avais à l’époque croisé le fer. Tout cela dans une formidable ambiance populaire et bon enfant. »

Parlons maintenant de la saison prochaine, tu vas défendre ton titre en Championnat d’Europe…
« Je vais remettre mon titre en jeu en 2005, c’est une chance. Le championnat devrait encore s’étoffer avec de nouveaux constructeurs et une très forte augmentation de la médiatisation à l’international. Il va donc falloir se remettre en question encore et toujours et ne rien laisser au hasard pour espérer gagner, et cela concerne tout autant l’équipage que la voiture et l’équipe ; je suis confiant. »

Ta saison n’est pas encore totalement terminée. Tu te prépares à partir pour une nouvelle aventure en participant au Dakar, comment le projet a-t-il vu le jour ?
« J’ai été invité par Gauloises à vivre l’arrivée de la précédente édition à Dakar. J’y ai retrouvé de nombreuses connaissances du monde du rallye, des team managers, des pilotes, des ingénieurs, des mécaniciens… et tous m’ont vanté cette formidable aventure. Je ne suis pas resté insensible au charme de cette épreuve. Quelques semaines plus tard, Gauloises m’a contacté pour conduire une voiture de presse Gauloises au Rallye du Maroc. J’ai pu, à cette occasion, m’approcher encore un peu plus de l’ambiance d’un rallye-raid. Chez Gauloises, ils ont senti que la discipline m’intéressait et ils ont tout fait pour que je puisse être au départ du prochain Dakar. C’est une grande marque de confiance de leur part que de me proposer de participer à cette aventure. »

Et comment se passent les préparatifs ?
« Jack et moi avons été très bien accueillis par Georges Groine et toute son équipe en charge de la préparation de la voiture. Nous avons effectué une séance de découverte du pilotage dans le sable et particulièrement dans les dunes de Tunisie. Bien que nous ayons pu mesurer l’ampleur de la tache, cela nous permettra de ne pas être trop perdus lorsque les choses sérieuses commenceront. Jean-Pierre Strugo et Georges m’ont été d’un très grand conseil. Pour ce qui le concerne, Jack se prépare à la navigation, et moi, comme il se doit je fais du sport. »

Tu auras un objectif particulier pour cette première participation ?
« En premier lieu, je veux apprendre. Ce sera un nouveau challenge pour moi. Il ne sert à rien de se fixer des objectifs déraisonnables pour une première participation. Au delà de l’aventure sportive, je veux comprendre ce qu’est le raid et surtout le Dakar. Bien sûr, avec Jack, nous espérons nous faire plaisir dans des paysages que nous allons découvrir, et bien sûr être à la hauteur de la confiance qui nous a été donnée. Il y aura 39 pays au départ, plus la Martinique, bien représentée avec votre serviteur, mais aussi Astrid Pichegrain qui tentera l’aventure à moto. »

Leave a Reply