Cévennes - Arrivée  8 novembre 2004

Simon deuxième aux Cévennes

Sur ses terres d’adoption, Nicolas Bernardi avait très envie de décrocher une nouvelle victoire en Super 1600. Diminué par une grippe, il signe tout de même les deux meilleurs temps de la première étape et rentre en leader à Montpellier avec 17’’6 sur Yoann Bonato. A 1/10e de ce dernier, Simon reste en embuscade : « Comme Nicolas je ne suis pas satisfait des réglages. J’ai donc privilégié la sécurité. En tous cas je retrouve avec plaisir l’ambiance incroyable de cette épreuve. On voit rarement autant de spectateurs passionnés. »

Samedi, l’épreuve se déplace au cœur des Cévennes pour une journée composée de dix spéciales ! Si Yoann Bonato sort dans l’ES6, la menace pour les pilotes du Clio Team vient alors de Bryan Bouffier. Le pilote Peugeot se rapproche de Nicolas au fil des spéciales, mais sa tâche est facilitée quand Bernardi perd une vingtaine de seconde dans une touchette causée par une crevaison.

La crevaison lente de la roue a été causée par le marquage à chaud effectué par les commissaires techniques avant le départ. Ce problème ayant été constaté à maintes reprises – avec des conséquences plus ou moins graves – les concurrents ont alors été autorisés à utiliser de nouvelles enveloppes fournies au pied levé par Michelin.

Simon connaît une étape laborieuse : « J’avoue être un peu fatigué avec tous ces rallyes disputés ces dernières semaines. Mes notes ne sont pas parfaites et nous avons du mal à trouver les bons réglages. » Le travail finit par payer et Simon retrouve le sourire en fin de journée : « Nous avons enfin mis le doigt sur le set-up qui convient à ces spéciales. »

Avec cinq spéciales le dernier jour, tout reste possible. A nouveau meilleur temps dans l’ES14, Nicolas réduit l’écart à 5’’. Las, il sort pour le compte dans la spéciale suivante. Simon hérite de la deuxième place des Super 1600. Avec 30’’ de passif sur Bouffier à deux spéciales de l’arrivée, le Martiniquais ne se fait pas d’illusions : « Impossible de remonter à la régulière. Mais je suis là, au cas où… »

Les deux dernières spéciales ne seront toutefois pas disputées, puisque le stock d’essence s’avère insuffisant pour les 150 voitures encore en course ! Les équipages rejoignent donc le parc d’assistance où ils sont neutralisés.

Cette deuxième place de Simon ne modifie pas le classement du Championnat de France ‘Marques’, puisque Renault a déjà atteint le total maximum de points depuis le Rallye du Touquet. Au Championnat Pilotes, Simon est troisième derrière Stéphane Sarrazin et Alexandre Bengué.

Leave a Reply