Rouergue - Arrivée  11 juillet 2004

Renault Champion d’été !

Traditionnellement caniculaire, le Rallye du Rouergue s’est disputé sous une météo sèche… mais fraîche. Il n’y eut donc pas d’histoires de pneus prématurément détruits, de freins à l’agonie ou de bitume fondu. Pas plus que d’esprits surchauffés, surtout au sein du Clio Team. L’équipe officielle Renault a su triompher sur les lieux de sa seule défaite 2003…

Avec plusieurs évolutions majeures apportées sur les Clio Super 1600, Renault Sport avait particulièrement bien préparé ce rendez-vous aveyronnais… Mais seul le chronomètre allait permettre de jauger le gain obtenu ! Les deux premières spéciales tombent dans l’escarcelle de Cédric Robert. Le pilote de la 206 ne compte que… 9/10e d’avance sur Simon Jean-Joseph, qui estime pouvoir faire mieux avec des réglages différents.

Effectivement, après un passage par l’assistance de Salles-Curan, la situation tourne en faveur de Clio. En signant deux meilleurs temps dans les spéciales de nuit, Simon s’installe en tête des Super 1600 avec 12’’ d’avance sur son rival : « Les évolutions apportées sur la voiture nous ouvrent une nouvelle marge de progression. Je pense que nous pouvons encore progresser sur l’équilibre de la voiture. »

Avec six spéciales, la deuxième étape est le gros morceau du rallye. En signant les six meilleurs temps, Simon se montre intraitable. Par petites touches ou écarts plus conséquents, il creuse l’écart sur Cédric Robert et rentre en leader à Rodez avec 35’’ d’avance : « J’ai la pression car j’ai très envie de gagner ici. C’est un rendez-vous important car l’équipe a énormément travaillé pour préparer ce rallye. Une victoire serait le meilleur moyen de récompenser tout le monde de ses efforts. Ma voiture reste perfectible, mais je m’en accommode. Je ne veux pas prendre de risques inutiles. »

La course est loin d’être terminée, car la troisième étape comporte deux passages dans la fameuse spéciale de Moyrazès. Avec deux nouveaux meilleurs temps dans les deux premières spéciales, Simon porte son avance à plus de 50’’ et se met hors d’atteinte de Cédric Robert.

Sur les lieux de sa première victoire en Métropole (1er groupe N en 1993), Simon a une pensée toute particulière pour l’équipe Renault Sport Oreca : « Merci à eux de m’avoir confié une si bonne voiture. J’ai voulu frapper un grand coup en attaquant très fort vendredi soir. J’ai continué à attaquer samedi, mais sans prendre de gros risques. Nos évolutions étaient notamment destinées à rendre la voiture plus confortable et cela se vérifie. » Il faut en outre noter le bond en avant des performances des Super 1600 par rapport à 2003. Certes, la température était plus fraîche et les conditions de route un peu meilleures, mais le gain enregistré peut atteindre la seconde au kilomètre !

Bernard Ollivier, Directeur général de Renault Sport Technologies, se montre satisfait de ce résultat à plus d’un titre : « Je suis heureux de voir que les évolutions apportées à la voiture portent leurs fruits. Une fois de plus nos deux autos sont à l’arrivée, preuve de la légendaire fiabilité de Clio. Nos deux pilotes ont fait preuve de beaucoup de panache et je crois que cela plait beaucoup aux spectateurs. Et puis cette victoire a une saveur toute particulière, puisqu’il s’agit de la dixième du Clio Team en Championnat de France. »

Classement officieux Super 1600 : 1. Jean-Joseph / Boyère (Renault Clio) 2h11’13’’5 – 2. Robert / Bedon (Peugeot 206) +56’’8 – 3. Bernardi / Fortin (Renault Clio) +2’19’’7 – 4. Bouffier / Panseri (Peugeot 206) +5’33’’4…

Leaders Super 1600 : ES1 à 2 : Robert, ES3 à 14 (arrivée) : Jean-Joseph.

Meilleurs temps Super 1600 : Jean-Joseph 10, Robert et Bernardi 2.

Championnat de France ‘Marques’ : 1. Renault 15 pts – 2. Peugeot 12 pts – 3. Citroën 7 pts.

Leave a Reply