Pologne – Présentation  24 mai 2004

Le saut dans l’inconnu !

Après le Monte-Carlo, le Rallye de Pologne est le deuxième rallye le plus ancien à être toujours organisé : créé en 1921, il s’agira cette année de la 61e édition. Avec plus de 150 000 spectateurs l’an passé, il s’agit d’un des évènements sportifs majeurs de ce pays qui vient de faire son entrée dans la Communauté Européenne. La plaque tournante de l’épreuve est la capitale régionale de Klodzko, au Sud-Ouest du pays.

« Je n’ai été qu’une fois en Pologne, c’était en 2001 », se souvient Simon. « J’avais été faire une séance de tests au volant d’une WRC. Mais je ne connais pas du tout le terrain que nous allons rencontrer ce week-end. Nous savons juste que le profil des routes est très rapide, étroit et assez bosselé avec beaucoup de nids de poule. Il parait également que la météo peut changer d’une minute à l’autre et qu’en cas de pluie la chaussée devient extrêmement glissante. »

Malgré son inexpérience du terrain, Simon est enthousiaste à l’idée de découvrir ce nouveau rallye : « C’est très excitant de partir sur une épreuve en ayant tout à apprendre. Renault Sport et Oreca ont constitué une bonne équipe qui saura être réactive pour adapter ma Clio Super 1600 aux conditions. Tout le monde est motivé pour aller chercher un bon résultat. Ce serait une belle récompense pour Renault Pologne, qui s’implique à nos côtés sur cette opération. C’est une excellente opportunité pour eux de faire la promotion de Clio sur un tel évènement. »

A la lecture de la liste des engagés, Simon sait qu’il n’aura pas la partie facile. Outre le Belge Bruno Thiry qui devrait aligner la nouvelle Citroën C2, le plateau en Super 1600 est riche avec la présence de Suzuki Ignis (Grzegorz Grzyb), Fiat Punto (Sebastian Frycz), Opel Corsa (Marco Cavigioli, Michał Kościuszko, Claudio Vallino) et Peugeot 206 (Mariusz Pelikański). A suivre également, les 306 Maxi de Luca Pedersoli et Krum Donchev, ainsi que la meute de Mitsubishi et Subaru groupe N emmenée par la star locale Tomasz Kuchar ! « Il y a beaucoup trop d’inconnues dans notre équation pour établir le moindre pronostic », tempère Simon. « Il sera difficile d’être devant les groupe N s’il pleut. Sinon tout est possible mais il faudra attendre le résultat des premières spéciales pour se prononcer… »

Vendredi 28 mai : 1re étape
Départ à 9h00 et arrivée à 20h55. 9 spéciales (4 différentes) totalisant 162,28 km.
Samedi 29 mai : 2e étape
Départ à 8h00 et arrivée à 17h49. 10 spéciales (4 différentes) totalisant 132,99 km.

Leave a Reply