Lyon-Charbonnières - Arrivée  19 avril 2004

Contrat rempli pour Simon

Le rallye débute vendredi par une courte étape de trois spéciales, dont le ‘show’ tracé autour du stade Gerland. Simon Jean-Joseph fait honneur à son rang de Champion de France : il signe deux meilleurs temps et s’installe en tête devant son équipier Nicolas Bernardi et Emmanuel Guigou, vainqueur de l’ES de Gerland.

Simon se montre rassuré quant au potentiel de la voiture après le travail effectué pendant l’hiver : « Rien ne vaut la course pour se confronter aux adversaires. Nous avons fait beaucoup d’essais ces derniers mois et je me demandais comment nous nous situerions par rapport à la concurrence, qui n’a pas ménagé ses efforts. C’est donc une satisfaction d’être en tête. Nous en saurons encore plus demain sur les longues spéciales. »

Composée de huit spéciales, la deuxième étape apporte au Clio Team la confirmation de sa domination : Guigou, Jean-Joseph et Bernardi se partagent tous les meilleurs temps. La course se joue lors des deux dernières spéciales de cette deuxième étape. La pluie cesse et le choix des pneumatiques est déterminant : faut-il rester en pneus mixtes ou choisir des ‘secs retaillés’ ? Simon choisit cette dernière option, au contraire de Nicolas.

Le Martiniquais est en passe de faire le break, car les spéciales sont sèches à l’heure du départ. Mais le rallye prend un quart d’heure de retard… et une averse vient ruiner ses espoirs. Même s’il signe de très bons temps, Simon ne peut résister à son équipier : « C’est aussi cela le rallye : un sport dont on ne maîtrise pas tous les aléas. Je n’ai pas de regrets, c’était bien que nous fassions des choix différents pour assurer un résultat à l’équipe. L’important, c’est que Renault soit en tête et en position de l’emporter demain. »

La troisième étape, qui ne se compose que de deux spéciales, n’apporte effectivement pas de changement aux positions. Simon, qui n’a pas pris tous les risques pour essayer de revenir sur Nicolas dans les dernières spéciales, tire également un bilan positif de ce premier rallye : « Les deux voitures sont à l’arrivée aux deux premières places, le contrat est rempli ! Ce résultat est très encourageant pour un début de saison, car l’écart que nous avons creusé sur nos concurrents est notoire. Cela nous conforte dans notre travail et nous allons continuer à travailler dans les mêmes directions. »

A l’issue de la première manche d’un Championnat de France reformaté, force est de constater que les Super 1600 – à commencer par les Clio – prouvent leur extraordinaire compétitivité face à des voitures disposant de deux roues motrices supplémentaires et d’un turbo… Contrairement à la course en tête, trop vite décantée, le Super 1600 a été le théâtre d’une lutte haletante entre les pilotes Renault, qui terminent séparés par moins de cinq secondes…

De quoi ravir Gilles Lallement, Directeur technique de Renault Sport Technologies : « Nos deux pilotes ont fait une belle course tout en conservant un esprit de fair-play et de convivialité au sein de l’équipe. Simon a fait un choix de pneumatiques qui aurait pu être le bon, mais il a manqué de réussite avec la météo. En tous cas nos deux pilotes ont fait une course parfaite, avec des performances très proches d’un bout à l’autre. J’ai apprécié le spectacle général offert par ce rallye et j’ai pu constater sur le bord des routes l’enthousiasme des spectateurs pour les Super 1600, à commencer par les Clio ! »

Leave a Reply