Var - Après l'étape 2  22 novembre 2003

Victoire et titre en vue !

Il y avait beaucoup de monde au point stop de l’ES1, situé peu après le Col de Gratteloup. Premier à immobiliser sa voiture, Simon Jean-Joseph pense avoir trop assuré. Il a fait le bon choix de pneus, mais il estime que les réglages de suspensions sont trop souples. Deux minutes plus tard, c’est au tour de Tirabassi. Il ‘colle’ deux secondes à son équipier. Le match est lancé ! Arrive ensuite Cédric Robert. Le pilote de la 206 met les deux premiers du Championnat d’accord : il est 3’’6 plus rapide que Brice.

Les équipages prennent la direction du parc d’assistance avant de partir à l’assaut de la terrible spéciale des Maures. On annonce les routes largement humides. Une fois encore, c’est ce diable de Cédric Robert qui réalise le meilleur temps. Il porte son avance au classement général à près de 20’’.

De retour au parc d’assistance, Simon se veut positif : « Peut être que j’ai trop attaqué d’emblée dans l’ES2, ce qui fait que j’ai perdu les freins assez tôt. Heureusement, j’avais fait le bon choix de pneus et j’ai bien limité les dégâts. J’aurais juste aimé pouvoir attaquer à fond dans de si belles spéciales ! »

Annoncée, la pluie ne s’est finalement pas invitée sur la deuxième étape. Ce qui n’a pas empêché de multiples rebondissements dès les premières spéciales. Quand Robert s’immobilise au point stop de l’ES3, c’est pour abandonner. Le pilote de la 206 a tapé. Deux minutes plus tard, ce n’est pas Brice qui se présente, mais Simon. Le Varois a crevé et s’est arrêté pour changer la roue, perdant plus de trois minutes.

A l’issue de cette spéciale un peu folle, Bouffier s’empare de la tête devant Guigou, Bérenguer et Jean-Joseph. Les quatre hommes sont groupés en sept secondes ! Mais dans l’ES4, c’est l’hécatombe pour les pilotes des Clio préparées par Barroso Sport : Guigou sort pour le compte et Bérenguer perd plus de six minutes en se posant sur un talus. En signant le meilleur temps, Simon s’empare de la tête. Il récidive dans l’ES6 et porte son avance à 12’’.

Le héros du jour est donc Simon, qui rentre à Sainte-Maxime avec 15’’2 d’avance sur Bouffier : « C’est une bonne journée qui s’achève. Même si c’est le dernier rallye de la saison, nous continuons à travailler avec l’équipe pour progresser dans nos réglages. Et je pense que nous avons encore franchi un cap. Je roule vite, mais je ne vais pas chercher les derniers dixièmes. Toutefois c’est loin d’être fini. Il reste encore une longue étape… »

Leave a Reply