Alsace-Vosges - Etape 2  24 mai 2003

Un nouveau départ chaque jour…

La victoire se jouera vraisemblablement entre les deux pilotes du Clio Team. Dès Arrentes de Corcieux, première spéciale du jour, la course a changé de physionomie. Une double touchette de Cédric Robert et Bryan Bouffier a laissé seuls en tête les pilotes Renault. Simon et Brice se sont alors retrouvés dans une situation analogue à celle du Terre de l’Auxerrois.

Et la bagarre fut splendide tout au long de la journée. Un coup à toi, un coup à moi, les deux équipiers se sont battus à coups de secondes. « C’est Simon qui donnait le rythme », explique Brice Tirabassi. « Quand il m’en mettait, j’attaquais encore plus dans la spéciale suivante et je refaisais mon retard. »

L’écart entre les deux Renault Clio Super 1600 n’a jamais dépassé les dix secondes. A l’issue de la seconde étape, les deux premiers ne sont séparés que de 4’’1. L’écart est deux fois plus important qu’hier, mais il reste infime. Fragile leader, Simon Jean-Joseph est prêt pour l’assaut final : « Plus que jamais, nous avons prouvé avec Brice que notre régularité nous permet d’être devant la concurrence. Sans leurs touchettes, les pilotes des 206 seraient en bagarre avec nous ce soir. Il suffit de regarder leurs temps pour s’en convaincre. En ce qui me concerne, j’ai connu des petits soucis de freins et j’ai manqué de rythme dans la longue spéciale. J’ai été raisonnable sur des spéciales que je n’avais pas fait depuis 1998. »

Comme Simon, Brice a lui aussi été confronté à une perte d’efficacité de ses freins en fins de spéciales. Mais ce ne fut pas la seule péripétie du jour : « J’ai perdu quelques secondes au départ de la première spéciale… car le carnet de bord était resté sur le toit de la Clio ! Ensuite, nous avons bien roulé, mis à part une grosse frayeur dans la dernière ES. Heureusement qu’il y avait des dégagements… Nous sommes ce soir dans la même situation qu’au Terre de l’Auxerrois. Nous n’avons pas reçu de consignes de course et j’espère bien inverser la tendance demain. »

Pour la troisième et dernière étape, la grande incertitude concerne la météo. La pluie est annoncée pour les quatre dernières spéciales, qui totaliseront 50 kilomètres chronométrés.

Leave a Reply