Auxerrois - Arrivée  4 mai 2003

Terre promise pour Simon

La troisième et dernière étape se compose de deux boucles de deux spéciales : Migé et Vallan. La première épreuve est assez technique, la deuxième rapide et roulante. Avec seulement 13’’9 entre Simon Jean-Joseph et Brice Tirabassi, la course est loin d’être jouée. D’autant plus que le staff de l’équipe Renault a été clair avec ses pilotes : la seule consigne, c’est de rester sur la route. L’ordre d’arrivée se jouera à la régulière.

Dans l’ES11, c’est Emmanuel Guigou qui signe son premier scratch en Championnat de France. Simon n’est que sixième à 9’’3 : « Ouvrir la route n’était pas un avantage et j’ai trop voulu assurer. »

Les écarts sont moins importants dans la spéciale de Vallan. Brice signe le meilleur temps devant Simon et réduit son retard au classement général à 4’’7. A deux spéciales de l’arrivée, les deux pilotes du Clio Team peuvent donc viser la victoire. Le final promet d’être palpitant mais l’ambiance reste bon enfant dans l’équipe. « Tu es joueur, toi ! », lance Simon à Brice pendant le dernier parc d’assistance. Pendant ce temps, les techniciens d’Oreca procèdent aux dernières vérifications avant le sprint final.

Commence alors une longue attente pour les membres de l’équipe, à l’affût de la moindre information. Et la lutte continue à faire rage dans l’ES13 : c’est Cédric Robert qui fait le scratch. Troisième, Brice reprend 2/10e à Simon. Il revient à seulement 4’’5 au classement général. Au cours de la dernière spéciale, le jeune Varois signe le scratch et reprend encore 1/10e à son équipier : c’est toutefois insuffisant pour décrocher la victoire, qui revient à Simon.

« Nous savions que les deux voitures devaient être à l’arrivée, mais la victoire s’est jouée sur les spéciales. Merci à Renault de nous avoir laissé nous battre », exultait Simon à l’arrivée. « J’ai vraiment attaqué très fort dans les deux dernières spéciales, je ne pouvais pas gérer ma petite avance. Cette victoire est celle de la régularité : nos adversaires étaient capables de faire d’excellents temps, mais pas sur tous les chronos. Avec Brice, nous avons toujours été aux avants-postes. C’est cette bonne gestion de la course qui nous permet de réaliser ce doublé. Nous ne sommes pas au-dessus du lot. »

Gilles Lallement, Directeur Technique de Renault Sport Technologies, est évidemment ravi du bilan de cette deuxième manche du Championnat de France : « Ce magnifique doublé des voitures officielles démontre la performance de notre produit, directement dérivé de la Clio de série. C’est un produit compétitif mais également fiable : les cinq voitures engagées sont à l’arrivée. Malgré les faibles écarts, le fair-play et la convivialité sont restés de mise au sein de l’équipe. Nous pouvons être fiers de nos pilotes, qui sont de grands personnages, chaleureux et populaires. Les spectateurs attendent le passage des Clio sur les spéciales… Après ce résultat parfait pour Renault, nous allons nous remettre au travail pour préparer l’Alsace-Vosges. Nos adversaires sont très proches. »

Leave a Reply