Auxerrois - Etape 1  2 mai 2003

Deux Clio en tête

Une fois n’est pas coutume, les abords du stade de l’Abbé Deschamps ne sont pas dédiés aux amateurs de football. N’en déplaise à Guy Roux, c’est bien le sport automobile qui est à l’honneur dans la cité bourguignonne. En début d’après-midi, les concurrents du Championnat de France des Rallyes Super 1600 s’élancent pour reconnaître la paire de spéciales qui sera empruntée à deux reprises lors de cette première étape.

De retour au parc d’assistance, Simon communique aux ingénieurs leur sentiment sur le terrain rencontré. Les réglages des Clio sont adaptés en conséquence. Pendant ce temps, pilote et copilote font un deuxième tour de reconnaissances… virtuel. La caméra vidéo embarquée n’a rien perdu du parcours : c’est une belle occasion de corriger quelques notes avant le départ !

Dans l’ES1, les pilotes des Renault Clio Super 1600 ne tardent pas à prendre les choses en main : c’est Brice Tirabassi qui signe le meilleur temps devant Simon Jean-Joseph, qui concède 2’’2 à son équipier. La réponse du berger à la bergère ne se fait pas attendre : Simon réalise le meilleur chrono de l’ES2 devant Cédric Robert (206) et Brice.

Ce dernier rentre en fragile leader au parc d’assistance, puisqu’il ne dispose que de… 9/10e d’avance sur Simon ! Les deux pilotes Renault restent en outre sous la pression de Cédric Robert, qui ne concède que 3’’3 à Brice… Malgré ce bon début, les pilotes des Clio ne se montrent pas totalement satisfaits de leurs réglages. Pour Brice, la voiture manque de motricité et s’avère instable au freinage. Le constat est à peu près le même chez Simon. Les deux pilotes avouent s’être faits quelques grosses chaleurs lors de ces deux premières spéciales.

L’équipe technique définit des évolutions sur le set-up des Clio afin d’aborder au mieux la deuxième boucle. Dans Chitry, Brice signe un deuxième temps scratch, 1’’4 devant Marc Amourette (Saxo) et 2’’9 devant Simon. Quelques minutes avant le départ de l’ES4, une averse détrempe les chemins de la spéciale d’Escolives. Ouvrant la route, Simon devient un balayeur pour ses petits camarades. Il doit se contenter du 4e temps, Brice étant 3e derrière les Saxo de Tron et Amourette.

A l’issue de cette première étape, les deux Renault Clio Super 1600 restent en tête du classement général. Simon se montre satisfait de sa journée : « Nous avons roulé vite, sans ‘dégoupiller’. Ce n’était pas évident d’ouvrir la route, surtout dans la dernière spéciale ! Il ne fallait pas confondre vitesse et précipitation. Nous avons amélioré le comportement de la voiture tout au long de la journée et je crois qu’il y a encore un peu à gagner. C’est pour cela que je ne me suis pas complètement lâché. Ma deuxième place me satisfait, je suis en bonne position pour demain. »

Deux Clio en tête du classement général, c’est un bilan très positif pour l’équipe Renault. Olivier Maroselli, l’ingénieur en charge du projet, tire le bilan de cette première étape : « Les conditions n’étaient pas faciles aujourd’hui. Le shakedown n’avait pas été effectué sur une route représentative des spéciales d’aujourd’hui, nous avons donc du affiner les set-up. En ouvrant la route, Simon ne jouait pas une partie facile. Mais il s’en est très bien sorti malgré des réglages perfectibles. Tout s’annonce bien pour demain ! »

Leave a Reply