Lyon-Charbonnières – Présentation  7 avril 2003

Un deuxième coup d’envoi !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la saison a bien commencé pour Simon. Sur des terrains aussi différents que l’asphalte enneigé du Monte-Carlo ou la terre cassante de Turquie, le Martiniquais a brillé lors de ses deux premières courses 2003. A chaque fois, il a remporté la classe A6 avec une avance significative.

Ce week-end, les compteurs seront remis à zéro avec la première manche du Championnat de France Super 1600. Enrôlé dans l’équipe officielle Renault, Simon attend beaucoup de ce premier rendez-vous : « Les deux premières courses du Championnat du Monde se sont bien passées, mais c’est un exercice complètement différent qui nous attend à Lyon ! Faire partie de l’équipe construite par Renault pour son retour en rallye est une fierté. C’est la première fois qu’un constructeur me confie une voiture pour un Championnat complet, alors je suis plus motivé et plus déterminé que jamais. Renault ne revient pas pour faire de la figuration, mais pour gagner. Ca tombe bien, c’est aussi mon objectif ! J’ai fait plusieurs podiums en Championnat de France l’an passé. Cette année, je veux des victoires et pourquoi pas le titre… »

Pour gagner, il va falloir devancer une sacrée brochette de pilotes. A commencer par Brice Tirabassi, le Champion en titre… qui sera l’équipier de Simon sur la seconde Renault officielle. Il y aura également d’autres Clio, comme celles de Bérenguer, Véricel, Guigou, Pressac ou Beuron. L’adversaire le plus farouche du Losange sera certainement le Lion. Cédric Robert et Bryan Bouffier seront les pilotes des 206 officielles. Et du côté du Double Chevron, la paire constituée de Noël Tron et Marc Amourette s’annonce redoutable.

Heureusement, Simon sait qu’il a de nombreux atouts dans son jeu : « Je fais partie d’une équipe officielle, et cela change beaucoup de choses par rapport à un programme privé. Je n’ai plus à m’occuper de détails annexes à la course. Mon seul rôle, c’est de piloter ! La Clio a évolué pendant l’hiver et les essais que nous avons effectués en vue du Charbo me rendent optimiste. Quant à l’équipe Oreca, elle a démontré au Monte-Carlo et en Turquie ses capacités. Nous avons un package très fort. »

A l’issue des reconnaissances, Simon est enthousiaste… et impatient d’être au départ : « Je crois que les spectateurs vont assister à quelque chose de grandiose. Les spéciales des Monts du Lyonnais et du Beaujolais sont très belles et adaptées aux Super 1600. Il y a beaucoup de passages rapides, avec de grandes courbes sur le fil du rasoir. Les écarts vont être très faibles, de l’ordre d’un dixième au kilomètre. Toute erreur sera rédhibitoire et la course ne sera pas gagnée avant l’arrivée… »

Leave a Reply