Lyon-Charbonnières - Etape 2  12 avril 2003

Simon a croqué du Lyon !

Au moment d’aborder la première spéciale du jour, tout le monde se souvient encore des conditions extrêmes de la veille. Les pilotes choisissent donc la sécurité et montent des pneus mixtes pour la première spéciale, que l’on annonce encore humide.

Simon Jean-Joseph avait bien prévenu qu’ils attaquerait pour aller chercher Bryan Bouffier. Le pilote Renault signe le meilleur temps : encourageant pour la suite de la journée !

Les spéciales suivantes étant sèches, tous les pilotes passent aux pneus secs. Le festival Clio se poursuit, Simon signant un nouveau meilleur temps dans l’ES5. Pour bien terminer la matinée, Simon enfonce le clou avec un nouveau scratch dans l’ES6.

Au parc de regroupement de Thizy, il est temps de se pencher sur le classement général. Le retard de Simon sur Bryan Bouffier n’est plus que de 4’’8 : « Tout va bien, même si le comportement de la voiture pourrait être encore amélioré. Nous avons un peu trop de sous-virage. Mais je ne vais pas me plaindre, nous revenons régulièrement sur Bryan et nous allons essayer de prendre la tête dans les prochaines spéciales. »

Bryan Bouffier n’est pas décidé à rendre les armes pour autant. Dans l’ES7, il signe le scratch devant Simon. Une nouvelle fois, les voitures repassent par le parc d’assistance avant deux morceaux de choix : les spéciales de Marchampt et Chiroubles.

Dans Marchampt, Bouffier commet une petite erreur pendant que Simon signe un nouveau meilleur temps. Pour la première fois, le Martiniquais s’empare de la tête du rallye. Il confirme avec un nouveau scratch dans Chiroubles, portant son avance à 32 secondes : « J’ai vraiment attaqué très fort aujourd’hui pour remonter sur Bryan. Il s’est bien battu et je crois qu’il n’a pas fini de nous donner du fil à retordre. C’était une journée difficile, car il est difficile de creuser des écarts dans ces conditions « normales ». Sur l’asphalte sec, nous sommes à peu près tous au même niveau. Je vais maintenant rester concentré sur mon objectif pour essayer de gagner le rallye. Je ne peux pas me permettre de baisser le rythme dans les six spéciales de la troisième étape. »

La journée se termine par une spéciale spectacle tracée autour du stade Gerland. Dans cet exercice où il est plus facile de perdre un rallye que de le gagner, le pilote de la Clio préfère assurer avant de rentrer au parc fermé.

Leave a Reply