Turquie – Arrivée  2 mars 2003

Simon fort comme un turc !

La troisième et dernière étape du Rallye de Turquie se composait de cinq spéciales. La plupart des routes ayant déjà été empruntées au cours des deux premières journées, de nombreux « rails » s’étaient formés, rendant le parcours encore plus difficile.

Avec sept minutes d’avance ce matin, Simon Jean-Joseph était clair quant à sa stratégie : « Il ne sera pas possible de me rattraper à la régulière. Je vais donc rouler sur un rythme moins soutenu qu’hier, pour préserver la mécanique. La Clio a déjà beaucoup souffert et je tiens à rallier l’arrivée en tête ! »

Effectivement, Simon concède une trentaine de secondes lors des deux premières spéciales… avant de signer le meilleur temps dans l’ES16 : « C’était un peu plus roulant, alors j’ai pu attaquer. Cela permet de se faire plaisir ! »

Mais les deux dernières spéciales ne sont pas synonymes de plaisir pour Simon : « Une pierre a du sectionner un tuyau de direction assistée au milieu de l’ES17. Je me suis retrouvé au volant d’un véritable camion ! C’était très difficile, surtout dans les parties sinueuses. J’ai perdu plus de deux minutes, mais ce n’était pas grave compte tenu de notre avance. » En effet, le Martiniquais rentrait en vainqueur à Antalya…

En dix-huit spéciales, Simon a signé douze meilleurs temps, trois deuxièmes et un troisième chrono. Cette domination sans partage lui permet de tirer un bilan très positif de cette épreuve : « Je me suis fait un joli cadeau pour mon vingtième rallye de Championnat du Monde ! Je suis très heureux de faire briller une nouvelle fois les couleurs de la Martinique. Grâce au travail que nous avons entrepris depuis le début de l’année, nous disposons désormais d’une Clio aussi fiable que performante. Ensuite, il ne fallait pas faire de faute sur les spéciales, ce que Jack et moi avons su faire. J’apprécie particulièrement ce pilotage en improvisation. »

La saison mondiale va maintenant être mise entre parenthèses jusqu’au mois de juin. En attendant le Rallye de Grèce, Simon va s’attaquer au Championnat de France, qui débutera le 10 avril au Lyon-Charbonnières : « Ce sera un exercice très différent du Championnat du Monde. Sur un rallye comme la Turquie, il est possible de perdre une minute dans une spéciale… et de s’imposer tout de même ! En Championnat de France c’est impossible : c’est un véritable sprint où la moindre seconde perdue ne se récupère pas. Mais j’aime relever les challenges, et je vais tout faire pour obtenir de très bons résultats sur le plan national. »

Leave a Reply