Magazine  12 mars 2003

Les bonnes notes de Jack Boyère (3)

« Les notes sont prises sur un cahier spécifique à spirale d’environ 150 pages. Le format n’est pas trop grand pour gagner de la place et du poids. La spirale est démontable afin de pouvoir enlever ou insérer des pages, ce qui est très pratique quand une épreuve est modifiée d’une année sur l’autre. Le papier est d’une bonne qualité, de sorte à résister aux conditions difficiles d’utilisation : multiples consultations, poussière, pluie, chaleur…

Pour écrire, j’emploie une série de porte-mines calibrées à 0,99 mm. J’emploie une dureté moyenne HB. Plus dure, la mine n’offre pas assez de contraste. Plus grasse, elle a tendance à noircir les pages du cahier. Terminons par la gomme, de marque « Staedler ». Elles sont de mon avis de dessinateur industriel de formation les seules dignes de ce nom !

L’écriture des notes est quelque chose de propre à chaque copilote même s’il existe certaines similitudes. Cela consiste en une sorte de sténographie relatant les informations dont le pilote a besoin. La forme sous laquelle elle sont écrites doit permettre une lecture la plus claire possible en ne demandant aucun effort d’interprétation de la part du copilote. Des notes écrites par un copilote sont très souvent difficilement exploitables à 100% par un autre copilote.

Les notes sont donc écrites au crayon à papier dans des caractères assez gros pour une bonne relecture. On note environ entre 600 m et 1 km par page en fonction du profil des épreuves chronométrées. On a pour habitude d’écrire uniquement au recto de chaque page.

Chaque page est numérotée de manière progressive (bas de page) et dégressive (haut de page) de sorte à estimer, à tout moment lors du déroulement d’une épreuve, la distance restant à parcourir.

Il convient de ne pas finir une page par une note de virage très rapide suivie sur la page suivante par la note d’un virage lent. En effet dans ce cas on s’expose à ne pas avoir le temps de tourner la page avant d’aborder le virage lent. La sortie de route n’est pas loin ! Je prends soin également de noter les deux virages suivant la ligne d’arrivée de sorte à ne pas se faire piéger par ceux ci car l’arrivée est jugée lancée. »

Vous avez tout compris ? Alors entraînez-vous avec deux pages de vraies notes !

Leave a Reply