Magazine  20 février 2003

Les bonnes notes de Jack Boyère (1)

« Cela peut paraître évident, mais il y a deux types de virages : les gauches et les droites ! Dans ce domaine, tout le monde est logé à la même enseigne. Mais la description des virages ne s’arrête heureusement pas là. Il faut savoir que les notes de Simon sont assez subjectives car il conduit beaucoup au feeling. Les notes sont là pour confirmer l’impression visuelle. Il s’agit d’une description du virage et pas de la vitesse à laquelle on doit l’aborder. En effet, la vitesse est fonction du revêtement, de la météo ou de la voiture utilisée, ce qui devient trop subjectif.

Nous utilisons sept variantes pour décrire l’angle du virage. Le plus serré est l’épingle, qui se négocie en première… et au frein à main ! Les autres variantes sont chiffrées : 50, 60, 72 – pour ne pas dire 70 et confondre avec 90 – 75, 80, 85 et 90. En fait, le 50 est une épingle sacrifiée. Les notes 60, 72, 75, 80, 85 et 90 pourraient être remplacées par les rapports de boîte : 1, 2, 3, 4, 5 et 6. A titre indicatif, un virage à angle droit est un 75. Dans cette échelle, il est également possible d’introduire des variantes avec des « + » : un 60+ se passent ainsi moins vite que des 72… Les carrefours sont mis en évidence en faisant précéder Droite ou Gauche de « A ». Un changement de direction à droite devient donc un « A droite ».

La note 90+ est délicate, car il s’agit de virages très rapides qui sont presque à fond. Dans ces conditions, le feeling de Simon prend une part encore plus importante. La note « à fond » est également particulière car on peut la rencontrer pour n’importe quel type de virage. Par exemple, si un virage de type 72 suit une épingle, il sera noté « à fond » puisque nous sortirons quasiment « arrêtés » du précédent virage.

Il faut ensuite décrire la longueur du virage. Si on ne précise rien, la courbe est d’une longueur standard. Si c’est « bref », cela veut dire qu’il n’y a qu’un coup de volant à donner. A l’inverse, on peut noter « moyen », « long », « très long » ou « très très long » ! Ces données complètent bien la valeur d’angle et elles sont très importantes pour la trajectoire à adopter. Autre chose très importante : le rayon de courbure du virage. Certains « ouvrent », d’autres « ferment » ou « referment ». Dans le dernier cas, cela veut dire que le rayon se resserre très rapidement.

Pour revenir aux trajectoires, on peut mentionner « extérieur », « tôt » ou « tard » en fonction du moment où on veut toucher la corde. S’il y a une pierre, un arbre ou autre chose à l’intérieur du virage, on le note « pas corde ». Si on roule légèrement dans le bas-côté, ce sera noté « petite corde ». On met franchement deux roues à l’intérieur si c’est noté « corde », voire les quatre roues si c’est « coupé ». A part les « pas corde », Simon ne cultive pas particulièrement ce type de note, il préfère laisser libre court à son instinct. Cela permet en outre d’alléger le système. »

Vous savez donc maintenant comment Simon et Jack décrivent les virages. Mais les notes ne s’arrêtent pas à cela. La semaine prochaine, nous verrons comment aborder les enchaînements, les lignes droites, les bosses…

Leave a Reply