Turquie - Etape 1  28 février 2003

En tête après la première journée !

Le rallye a débuté jeudi soir par une courte spéciale spectacle de 1,55 km tracée à Antalya. Simon s’est d’emblée installé en tête de la classe A6, avec une petite avance de… 2/10e sur son équipier, Brice Tirabassi.

Mais les choses sérieuses commençaient aujourd’hui. Au programme, cinq spéciales totalisant 95 kilomètres chronométrés. Avec seulement 2,73 km, l’ES2 était parfaite pour se réveiller ! Simon concédait 2’’ à Daniel Carlsson. Le pilote de la Renault Clio Super 1600 répliquait dans la troisième spéciale, puisqu’il reprenait 5’’ à son adversaire, retrouvant par la même occasion la tête de la classe A6. Malheureusement, Brice Tirabassi sortait de la route dans cette spéciale : Simon se retrouvait seul pour défendre les chances de Renault.

Il restait une spéciale à disputer avant le retour à l’assistance de Kemer. Simon prenait encore 8’’ à Carlsson, portant son avance à 12’’. Avant d’attaquer la dernière boucle de deux spéciales, Simon dressait un premier bilan de la journée : « Tout d’abord je suis déçu que Brice ait été contraint à l’abandon. Cela aurait pu tout aussi bien m’arriver. Les routes sont très piégeuses et la moindre erreur peut se payer au prix fort. En ce qui me concerne, je suis diminué physiquement après avoir pris un mauvais coup de froid. Heureusement que Jack est là pour me donner les bonnes notes ! Nous allons améliorer le set-up de la voiture. Les réglages que nous avions définis après notre séance d’essais ne sont pas adaptés aux spéciales d’aujourd’hui. Je vais voir ce que ça donnera pour ces deux dernières ES ! »

A l’arrivée de l’ES5, Simon s’avouait un peu « endormi », mais satisfait de ses nouveaux réglages. Son avance sur Carlsson avait fondu à seulement 2’’ ! Bien décidé à ne pas se laisser faire, le Martiniquais sortait la grosse attaque pour la dernière spéciale du jour. Sur les 29,87 km de la spéciale de Silyon, le pilote de la Renault Clio n°101 assenait un coup au moral de ses adversaires : Ligato était relégué à 54’’, Carlsson à plus de une minute !

« C’est ma revanche du Col de Faye », rigolait Simon de retour à l’assistance. « Dans cette spéciale du Monte-Carlo, j’avais « reçu » ! Mais là, j’ai dégoupillé et je ne suis pas surpris de faire un si bon temps. Attention, je suis toujours très attentif pour sauvegarder la mécanique. Il n’y a qu’à regarder la liste des abandons pour se rendre compte de la difficulté du parcours. Je vais essayer de poursuivre la course en tête, mais il va falloir croiser les doigts pour que la mécanique tienne le coup. Notre Clio est fiable, mais personne n’est à l’abri de rien. Ceux qui seront à l’arrivée seront forcément bien placés. »

Non content d’occuper la tête de la classe A6, Simon occupe ce soir une remarquable 12e place au scratch. Demain, la deuxième étape comportera six spéciales totalisant 159 kilomètres. Autant dire qu’il va encore se passer beaucoup de choses !

Leave a Reply