Grande-Bretagne - Etape 1  15 novembre 2002

Six petites secondes d’avance

Le rallye a commencé jeudi soir avec la courte spéciale spectacle de Cardiff. Pas grand chose à gagner, tout à perdre : Simon décide donc d’assurer lors de cette mise en bouche. La victoire se jouera ailleurs, dans les forêts galloises.

Vendredi matin, c’est le beau temps qui est l’invité surprise de ce Rallye de Grande-Bretagne. Simon voulait apporter un rayon de soleil au public britannique, c’est réussi ! Les spéciales n’en restent pas moins piégeuses. C’est le bilan que tire le pilote de la Renault Clio au point stop de l’ES2 : « C’est vraiment un rallye très difficile qui s’annonce. On peut sortir de la route n’importe où. Alors je cherche à rouler très proprement, sans faire de faute. »

Le chronomètre prouve que cette stratégie est la bonne : en 23 kilomètres, Simon prend 8’’ au Finlandais Tuohino et s’installe en tête du classement Super 1600. Dans le secteur suivant, le pilote de la Renault Clio n°114 fait un tête-à-queue qui lui coûte une quinzaine de secondes. Mais il signe tout de même le 4e temps à 2’’ du meilleur !

Il y a beaucoup de monde sur les bords des chemins, un peu trop même : la direction de course est obligée d’annuler l’ES4. Pour les équipages, cela signifie une longue pause de presque quatre heures. Au parc d’assistance de Swansea, Simon et l’équipe décident de modifier les réglages de la Clio : « Les routes de la spéciale de Trawscoed étaient bien défoncées. Comme nous passons à nouveau dans cette spéciale, nous allons rehausser la voiture. En tous cas, c’est vraiment une course très difficile. Il faut arriver à lire la route, car les conditions changent sans cesse. Parfois il y a du grip, parfois c’est une patinoire… »

Malheureusement, le choix des nouveaux réglages n’est pas idéal, puisque Simon va devoir se battre avec une voiture très difficile à piloter dans les deux spéciales suivantes. Deuxième temps dans l’ES5, il ne concède que 3’’ à l’Italien Dallavilla. L’ES6 s’annonce plus difficile, puisque les adversaires du pilote antillais passent de jour… alors que Simon s’élance dans la nuit.

Le Martiniquais attaque très fort pour ne pas perdre trop de temps. Au point stop, il concède tout de même 14’’ à l’Espagnol Sola… mais conserve la tête du classement Super 1600. Il ne reste plus qu’un passage dans la spéciale spectacle de Cardiff. Comme la veille, Simon ne prend pas de risque et il rentre au parc fermé en leader.

Un « leadership » fragile certes, mais Simon est globalement satisfait de cette première étape : « La journée a été très longue mais nous n’avons disputé que quatre vraies spéciales. J’aurais préféré prendre plus d’avance. Ma petite erreur de l’ES3 et mon passage de nuit ne m’ont toutefois pas aidé. La bagarre s’annonce intéressante demain, avec plus de 120 km de spéciales. Nous attaquerons par les 55 kilomètres de Resolfen, ce sera un grand moment ! Je suis plutôt confiant : la voiture marche bien et je me sens bien à son volant. »

Leave a Reply