Le Touquet - Etape 3  6 octobre 2002

A l’arrivée, et dans les points !

La troisième étape du rallye comporte six spéciales totalisant 110 kilomètres chronométrés. Autant dire qu’il ne s’agit pas d’une sinécure, d’autant plus que la pluie a enfin décidé de venir perturber la course. Dans ces conditions, les routes deviennent encore plus piégeuses et le choix des pneumatiques est très ardu !

La journée ne débute pas très bien pour Simon, qui choisit les pneus slicks avant la première longue spéciale du Pays de Desvres. Mais la pluie se met à tomber quand le Martiniquais s’élance à l’assaut des 30 kilomètres de chrono ! Le pilote de la Renault Clio Super 1600 décide de ne prendre aucun risque pour rester sur la route. L’objectif est d’être à l’arrivée…
Dans la deuxième spéciale, Simon se retrouve coincé derrière la Puma de Nicolas Bernardi, qui roule au ralenti après avoir crevé : « Je pense qu’il ne m’a pas vu et je n’ai pu le passer devant que quelques virages avant l’arrivée… »

Les choses s’améliorent dans l’ES11, puisque Simon décroche le 3e temps. Et au deuxième passage dans Pays de Desvres, il réalise le deuxième temps sans avoir été gâté par les conditions : « Marc Amourette fait le scratch en n’ayant eu la pluie que sur les derniers kilomètres. Mais moi, je l’ai eu dès le départ ! C’était un vrai chrono d’anthologie, avec beaucoup de pièges. D’ailleurs, de nombreux concurrents y sont restés… Sans prendre tous les risques, je me suis fait plaisir. »

Décidément très à l’aise, Simon termine le rallye en trombe : il signe le meilleur temps dans les deux dernières spéciales du rallye. Une belle façon de remercier l’équipe Automéca : « Avant tout, je dois aussi remercier Jack, qui a su trouver l’énergie qui nous a permis de continuer vendredi soir. Ensuite, nous avons roulé à notre rythme, sans attaquer quand les routes étaient trop piégeuses. Avec l’équipe, nous avons pu essayer pas mal de choses sur la voiture. C’était une séance d’essais grandeur nature et nous avons bien progressé. »

Cette pugnacité permet à Simon de prendre les points de la neuvième place. Deuxième meilleur performer du rallye, il s’est rappelé au bon souvenir des spectateurs du Touquet, qui l’avaient vu triompher en 1998 : « Nous faisons quatre meilleurs temps scratches en quatorze spéciales, c’est très positif. Sur ce rallye, tout le monde a fait des erreurs. J’ai payé la mienne plus cher que les autres. Avec un peu plus de réussite, nous aurions pu nous battre pour la victoire. Ca ne peut pas marcher à tous les coups ! »

Leave a Reply