Mont-Blanc - Présentation  1 septembre 2002

Vers les sommets ?

En fait, l’été de Simon n’a pas vraiment été de tout repos. Entre les séances d’essais et le rallye d’Allemagne, le pilote antillais n’est jamais resté éloigné très longtemps du baquet de sa Renault Clio Super 1600. Deux côtes cassées lors d’un accident de bateau ne l’ont ainsi pas empêché de disputer le Deutschland Rally : « Physiquement c’était très difficile, surtout les deux premiers jours. Malgré la douleur et la fatigue, je me suis accroché et j’ai pu signer de bons temps, dont quatre scratches lors de la troisième étape. Je ne cours qu’avec la victoire pour objectif, mais terminer sur le podium m’a satisfait compte tenu des circonstances. C’était la course la plus difficile de ma carrière, mais j’ai mis un point d’honneur à aller au bout ! »

En abordant le rallye du Mont-Blanc, Simon pense qu’il sera dans une condition physique lui permettant d’attaquer sans retenue : « Le problème avec les côtes, c’est que le seul remède est le temps. Même si cela m’empêche de faire autant de sport que d’habitude, c’est en très bonne voie et je pense que cela se passera bien. J’apprécie beaucoup le Mont-Blanc. Morzine nous reçoit dans un cadre paradisiaque et vit l’événement à fond. Morzine et la Martinique ont pour point commun d’être des destinations touristiques de choix. J’essaierai d’apporter une petite touche d’exotisme à la ville avec les produits des Antilles, qui seront dégustés dans le village VIP. Les gourmands pourront choisir entre tarte à la myrtille et tarte à la banane ! J’ai en outre remporté ce rallye en 1998, à l’époque de l’Impreza groupe A : j’ai donc de bons souvenirs de Morzine… »

Les spéciales tracées dans les Alpes savoyardes sont terriblement exigeantes pour les mécaniques. Les moteurs doivent délivrer toute leur puissance dans les montées. Et quand arrive le temps de descendre, les freins sont mis à rude épreuve ! Malgré sa jeunesse, la Renault Clio Super 1600 s’est déjà montrée à l’aise dans toutes les conditions et Simon pense disposer d’une arme redoutable : « Nous continuons à travailler très dur lors des différentes séances d’essais que nous menons avec Automéca et Renault Sport Technologies. Chaque kilomètre parcouru nous permet d’engranger de l’expérience. J’attendrai donc le shakedown pour définir le set-up définitif. »

Dans l’optique du Championnat, un bon résultat est essentiel pour Simon. Mais les autres ténors que sont Brice Tirabassi (Citroën), Cédric Robert (Peugeot), Nicolas Bernardi (Ford) ou Serge Jordan (Renault) ont tout autant besoin de gros points. Comme lors des précédentes épreuves, il faut donc s’attendre à de grosses bagarres où la moindre seconde compte. Atteindre des sommets ne sera pas chose aisée…

Leave a Reply