Sanremo - Etape 1  20 septembre 2002

Quelle démonstration !

Pour sa troisième participation en Mondial cette saison, Simon Jean-Joseph retrouve avec plaisir le Rallye Sanremo, qu’il a déjà disputé à trois reprises au volant de WRC. Après un excellent Rallye du Mont-Blanc et un shakedown satisfaisant, la confiance est de mise. Une fois n’est pas coutume, c’est la première étape qui est la plus longue, avec huit épreuves spéciales.

Cette journée débute par une boucle de trois spéciales. Par trois fois, Simon signe le meilleur temps. Il rentre évidemment en leader au parc d’assistance d’Imperia : « On peut dire que ça démarre bien ! Même si on peut encore affiner le set-up, la voiture est très bien. Avec Jack nous prenons beaucoup de plaisir dans la Clio et nous espérons que cela va continuer ! »

A l’arrivée de la deuxième boucle, qui ne comportait que deux spéciales, le bilan est toujours aussi positif. Deux nouveaux meilleurs temps sont tombés dans l’escarcelle du pilote Gauloises, qui porte son avance à près d’une minute sur le deuxième : « Ca se passe toujours aussi bien ! Dans la spéciale de San Bartolomeo, j’ai un peu plus « dégoupillé » et je fais le meilleur temps avec 18’’ d’avance sur la Peugeot de Travaglia. Il faut continuer à prendre du plaisir et ne pas se déconcentrer… »

La journée se termine avec un second passage dans les trois premières spéciales du jour. Simon signe deux nouveaux scratches et revient à Imperia avec 56’’5 d’avance sur Travaglia : « J’ai été déconcentré par des spectateurs mal placés, ce qui m’a fait prendre un faux-rythme. Les pneus ont souffert lors de cette dernière boucle, mais ils ont tenu le coup et nous avons bien terminé cette journée. »

Une journée à l’issue de laquelle le bilan est évidemment positif : « Il ne faut pas crier victoire, car le rallye est encore long ! Mais rentrer en leader après avoir signé d’aussi bons temps est très encourageant pour l’équipe, qui ne ménage pas ses efforts. Je me sens vraiment très bien au volant de la voiture, j’en fais ce que je veux. Demain, nous n’allons pas baisser le rythme car ce serait la meilleure manière de faire des erreurs. Il va falloir continuer à attaquer ! »

Leave a Reply