Limousin - Etape 3  30 juin 2002

De précieux points pour le Championnat

Pour le pilote de la Renault Clio Super 1600, l’objectif du jour était clair : rouler proprement, sans attaque excessive et tenter de progresser au classement général. Les 78 équipages devaient disputer deux boucles composées des deux spéciales déjà empruntées vendredi soir : Lajonchère et Saint-Léger.

A l’issue de l’ES11, Simon était déjà remonté à la 5e place après la sortie de route de Jean-François Bérenguer. Pourtant, il n’était pas complètement satisfait : « Déjà j’ai été déconcentré par la voiture de Jean-François. Mais j’ai roulé très proprement, comme convenu. Je pense que je pouvais aller plus vite. C’est ce que je vais essayer de faire lors des deux dernières spéciales. La 4e place se jouera sur l’usure des pneumatiques. Je ne sais pas où en est la concurrence dans ce domaine… »

Troisième temps dans les ES 12 et 13, Simon ne parvenait toutefois pas à revenir sur Marc Amourette, qui avait – contrairement à Simon – conservé des gommes neuves. A l’arrivée, Jack Boyère était satisfait de ces dernières épreuves : « Le premier tour n’était pas satisfaisant. Il nous manquait un petit truc… En revanche, nous avons retrouvé un très bon rythme lors des deuxièmes passages. Malgré des gommes plutôt usées, nous réussissons des temps similaires aux pilotes qui avaient gardé des pneus neufs. »

Simon Jean-Joseph et Jack Boyère terminent donc à la cinquième place de cette troisième manche du Championnat de France. Plus que jamais, Simon reste conscient du travail qu’il reste à effectuer en vue des prochaines courses : « Avec la Clio, j’ai fait beaucoup moins de kilomètres sur l’asphalte que sur la terre. Je dois donc continuer à apprendre pour pouvoir me libérer à 100%. Cet apprentissage ne peut se faire que lors des courses. Dans cette optique, ma participation au Rallye d’Allemagne fin août me permettra de revenir plus fort au Mont-Blanc. Pour revenir à Limoges, je dois dire que cette course a été un grand moment sportif. Dans les voitures nous nous régalons et je crois que c’est également le cas des spectateurs. Toutes proportions gardées, je crois qu’on ne retrouve cette intensité de bagarre qu’en WRC. Je tire également un grand coup de chapeau à mon équipe de techniciens. Encore une fois, ils n’ont pas ménagé leurs efforts… »

Leave a Reply