Auxerrois - Etape 1  26 avril 2002

Simon Jean-Joseph en tête après la première étape !

Avec dix pilotes capables de jouer une place sur le podium, le Terre de l’Auxerrois se présentait sous les meilleurs auspices. La principale interrogation concernait la météo, puisque quelques gouttes de pluie tombaient dans la matinée. Très rapide et sec après trois semaines de sécheresse, le parcours pouvait alors devenir piégeux, comme l’explique Simon : « La terre argileuse avec un peu d’eau pourrait donner une espèce de glaise très glissante, ce qui rendrait les conditions très difficiles. Mais j’aime ce côté acrobate que l’on ne retrouve plus sur l’asphalte ! » Ces averses n’allaient finalement pas changer radicalement la physionomie du terrain…

Après les reconnaissances – les équipages n’ont droit qu’à un passage juste avant le départ – la première spéciale, Montigny-la-Resle, livrait enfin son verdict : Dussaucy (Peugeot) signait le meilleur temps devant les Citroën de Amourette et Tirabassi, Simon terminant quatrième à seulement 2’’3 du leader… Dans la foulée, les équipages attaquaient l’ES2 (Chitry). Deuxième temps à 2’’4 de Bérenguer (Citroën), Simon reprenait 10’’ et 12’’ à Amourette et Dussaucy : il s’emparait de la tête du rallye ! De retour au parc d’assistance à Auxerre, le Martiniquais ne cachait pas sa satisfaction : « Tout va bien, la Clio est parfaite, je ne vais toucher qu’à quelques réglages fins pour le deuxième tour. Ce qui est pris n’est plus à prendre… car on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve ! »

La deuxième partie de cette première étape se composait d’une boucle reprenant les deux spéciales de Montigny-la-Resle et Chitry. La pluie s’arrêtait de tomber, chassée par un vent glacial… Cinquième de l’ES3, remportée par Tirabassi, Simon se maintenait en tête du classement général. Et en faisant jeu égal avec Tirabassi et Bérenguer dans l’ES4, le pilote de la Renault Clio Super 1600 rentrait au parc fermé en tête !

Même s’il ne compte que 3/10e d’avance sur Bérenguer au classement scratch, Simon peut être rassuré par le niveau de performances affiché par la Clio Super 1600 : « Le bilan de cette première journée est plutôt positif ! Nous n’avons connu aucun souci, même mineur. La météo changeante nous a permis d’observer le comportement de la voiture dans différentes conditions. Terminer la première étape en tête est une belle récompense pour l’équipe qui a travaillé très dur pour préparer ce rallye. J’ai perdu un peu de temps dans la troisième spéciale car j’étais parti sur un mauvais rythme. »

Demain, la deuxième étape comportera six spéciales. Poursuivi par un redoutable trio de Citroën Saxo, Simon a déjà défini sa tactique : « Avec les trois Citroën, nous sommes regroupés en un peu plus d’une minute. Tout peut arriver avec des écarts si faibles. La stratégie sera donc simple : attaquer ! »

Leave a Reply