Posts tagged ‘S1600’

Barum - Arrivée  30 août 2004

Première victoire européenne !

En République Tchèque, Simon Jean-Joseph et Jack Boyère retrouvent leurs deux principaux concurrents du Championnat d’Europe : Bruno Thiry et Luca Pedersoli, mais aussi les meilleurs pilotes locaux habitués des spéciales étroites et rapides des environs de Zlin.

Dès le départ, le Martiniquais prend les commandes du Super 1600 en alignant deux meilleurs temps dans la catégorie. Une autre lutte se dessine alors pour l’équipe Renault Sport Oreca : affronter les kit-cars deux litres plus puissantes pour remporter une première victoire scratch.

Premier à tomber, Luca Pedersoli connaît un problème mécanique. Ensuite, c’est sur le talent que Simon se défait du local Josef Petak dans la quatrième spéciale avant d’assommer le rallye dès le chrono suivant. En signant le meilleur temps près d’une seconde au kilomètre plus vite que tous ses adversaires dans une spéciale de 29 kilomètres, le Martiniquais enfonce définitivement le clou et prend un avantage que personne ne pourra lui contester par la suite : « Autant sur la première étape, le revêtement était humide et les routes larges, autant sur la deuxième journée de course, les spéciales étaient très étroites, rapides et bosselées. C’est un terrain que la Clio Super 1600 apprécie tout particulièrement. Nous nous sommes très rapidement adaptés avec l’équipe pour trouver les meilleurs réglages. »

Loin d’assurer, Simon continue même jusqu’au dernier kilomètre à montrer la supériorité de la Renault Clio Super 1600 face aux pilotes locaux et aux voitures des autres catégories en réalisant neuf des quinze meilleurs temps possibles au scratch tout en s’adjugeant la totalité des temps de référence en Super 1600 : « Je me suis vraiment donner à fond. Je savais que cette épreuve était l’une de celles que nous pouvions remporter avec la Clio. C’est une victoire collective où chaque maillon à son importance. J’en suis le pilote mais Jack est parfait dans son rôle et l’équipe me confie une voiture irréprochable. Lors de nos six rallyes en Championnat d’Europe, nous sommes six fois à l’arrivée sans connaître à une seule reprise un problème qui nous fasse perdre nos chances de bien figurer. Tous ces rallyes sont de fantastiques expériences de découverte et d’adaptation qui nous permettent, à l’équipe et à moi, de travailler en osmose et de faire encore et toujours progresser la voiture. »

Profitant de cette première victoire au général et de l’absence de ses principaux concurrents à l’arrivée, Simon Jean-Joseph prend le large au Championnat d’Europe des Rallyes à seulement trois épreuves de la fin en comptant quatorze points d’avance sur l’Italien Luca Pedersoli.

« J’ai vécu un week-end formidable dans un pays passionné de rallye. L’organisation était digne d’un rallye de Championnat du Monde avec un nombre incroyable de spectateurs, de surcroît très disciplinés. Tout est fait pour que tout le monde passe un week-end de fête. Nous faisions même la une du plus grand quotidien national le samedi matin. La République Tchèque possède une vraie culture de sport mécanique. Je suis fier d’avoir donner mon maximum et d’avoir remporté cette victoire. J’espère continuer sur ma lancée dès notre prochain rendez-vous au Rallye Mont-Blanc Morzine. »

Classement général final : 1. Simon Jean-Joseph / Jack Boyere (Renault Clio Super 1600) 2h40m22s6 – 2. Josef Petak / Alena Benesova (Peugeot 306 Maxi) +2m15s2 – 3. Mirolav Jandik / Radim Chrastecky (Mitsubishi Lancer Evo VII) +2m50s8 – 4. Jindrich Stolfa / Vladimir Tichy (Nissan Almera Kit-Car) +4m39s7 – 5. Vaclav Arazim / Julius Gal (Mitsubishi Lancer Evo VII) +5m10s4 – 6. Miroslav Cais / Pavel Ondrejcik (Mitsubishi Lancer Evo VII) +6m11s4 – 7. Jan Stepanek / Marek Omelka (Subaru Impreza STi) +6m40s7 – 8. Tibor Cserhalmi / Martin Krajnak (Mitsubishi Lancer Evo VII) +7m18s6…

Championnat après 6 manches sur 9 : 1. Simon Jean-Joseph 42 pts – 2. Luca Pedersoli 28 pts – 3. Bruno Thiry 14 pts – 4. Giandomenico Basso, Vitor Sà et Larry Cols, 10 pts…

Barum Rally - Présentation  24 août 2004

Simon en leader

Le rallye est un sport très populaire en République Tchèque. Pour preuve, le succès jamais démenti du Barum Rally, qui fête son 35e anniversaire cette année. L’épreuve est basée à Zlín, une ville située à 300 kilomètres à l’est de Prague et à 150 km au nord de Vienne (Autriche).

Nichée au cœur d’une vallée, Zlín est entourée de collines verdoyantes et boisées, offrant une grande variété de paysages. Les routes sont réputées pour être étroites et rapides : ce terrain de jeu n’avantage pas un type particulier de voiture… et il s’agit peut être d’une bonne occasion pour faire triompher une Super 1600 !

Cette occasion, Simon Jean-Joseph et Jack Boyère sont bien décidés à la saisir ! Seul pilote à avoir rallié l’arrivée des cinq premières manches de la saison, Simon a collectionné quatre podiums qui lui ont permis de prendre la tête du Championnat à l’issue de la manche portugaise.
Dès lors, Simon ne peut avoir qu’un objectif : défendre les quatre points d’avance qu’il compte sur l’Italien Pedersoli : « Encore une fois je me lance à l’assaut d’un terrain que je ne connais absolument pas. Et même si je sais que les techniciens de l’équipe Renault Sport Oreca savent réagir rapidement pour adapter la voiture au terrain que nous rencontrons, je sais aussi que nos adversaires connaissent très bien les spéciales. Si j’en crois ce qu’on me dit une Super 1600 a ses chances pour la victoire absolue, alors nous verrons bien ! Ce qui est certain, c’est que je vais me défoncer ! »

Outre Pedersoli, Simon retrouvera sur sa route Bruno Thiry (C2 Super 1600), Leszek Kuzaj (Lancer groupe N) ou Michal Solowow (Lancer groupe N).

PROGRAMME
> Vendredi 27 août : 1re étape.
Départ à 16h00, arrivée à 17h54. 3ES totalisant 31,4 km.
> Samedi 28 août : 2e étape
Départ à 8h00, arrivée à 19h59. 8ES totalisant 159,36 km.
> Dimanche 29 août : 3e étape
Départ à 8h00, arrivée à 14h47. 4ES totalisant 92,80 km.
> Résultats en direct : www.barum.rally.cz

Interview  20 août 2004

D’une île à l’autre…

Revenons sur le Rallye de Madère, où tu as pris la tête du Championnat d’Europe. Tu es mieux placé que jamais pour remporter le titre…
« Je me garde bien de tirer des conclusions aussi hâtives. Il reste quatre courses à disputer et je vais en découvrir trois. Pour prendre la tête du classement, il a fallu se défoncer ! Sur chaque rallye, la concurrence est différente : nous rencontrons les meilleurs pilotes locaux, qui connaissent les spéciales comme leur poche. Ne faisant pas d’essais spécifique pour préparer ces rendez-vous, nous devons adapter la voiture en cours d’épreuve. Il faut s’accrocher et rouler très fort pour tenir le rythme des concurrents. Jusqu’ici tout a bien fonctionné : l’équipe fait un excellent travail et nous n’avons pas connu de problème mécanique. Madère était mon 35e rallye au volant de la Clio Super 1600 et je dois dire que nous avons un taux de réussite toujours aussi exceptionnel. »

Maintenant que nous avons passé le cap de la mi-saison, tu peux porter un regard sur l’ensemble du Championnat…
« J’ai déjà parlé de l’aspect sportif. Sur un plan marketing et communication, je considère que ce Championnat jouit d’excellentes retombées, de la presse locale aux télévisions internationales. Mes partenaires, à commencer par la Martinique, y trouvent leur compte car je véhicule leur image dans de nouveaux pays. Et pour Renault Sport, il s’agit d’une bonne occasion de développer son ‘business’ à l’étranger.

Revenons à Madère. En dehors du rallye, quels souvenirs gardes-tu de ce déplacement ?
« Ca restera un très bon moment de cette saison 2004. Forcément, j’étais curieux de voir comment les Madériens abordent les particularités de la vie insulaire. J’ai notamment trouvé qu’ils avaient de très bonnes infrastructures routières, avec de nombreux ponts et tunnels qui permettent d’éviter les embouteillages. L’économie est bien développée, ce qui fait qu’il y a peu de chômage. J’ai eu le plaisir de rencontrer une population très conviviale, parlant le français, l’anglais, l’italien et l’espagnol en plus du portugais ! »

Et quel était l’accueil réservé au rallye ?
« Extraordinaire ! Pourtant, nous faisions des spéciales de plus de vingt kilomètres qui passaient devant les maisons de nombreux riverains. Mais il s’agit d’une fête et tout le monde œuvre pour que le rallye se passe bien. Je pense qu’il serait intéressant que les dirigeants du sport automobile antillais rencontrent un jour les organisateurs madériens : l’échange serait intéressant car ils sont confrontés aux mêmes problèmes. Il y a certainement de bonnes idées à reprendre des deux côtés de l’Atlantique ! »

Cette troisième saison avec la Clio est aussi chargée que les deux précédentes. Tu as tout de même trouvé le temps de rentrer en Martinique cet été…
« En effet, j’ai beaucoup apprécié ces quelques jours ‘au pays’, même si c’était forcément trop court. Je ne me suis toutefois pas éloigné trop longtemps du Losange, puisque j’ai participé à la présentation de la nouvelle gamme Renault Sport, dont les vedettes sont Mégane Renault Sport et Clio Renault Sport Génération 2004. J’ai également eu le plaisir et l’honneur d’être reçu à la Région par le Président Marie-Jeanne. »

De quoi se compose ton emploi du temps ces prochaines semaines ?
« Après des essais pour préparer le Rallye du Mont-Blanc, je vais aller assister au GP Moto de Brno, en République Tchèque. Je serai donc sur place pour le Barum Rally, sixième manche du Championnat d’Europe. La semaine suivante, retour en France pour le Mont-Blanc… avant de repartir en Turquie pour le Tofas Rally ! »

Madère – Arrivée  1 août 2004

Un podium et la tête du Championnat !

La valeur n’attend pas le nombre des années : course après course du Championnat d’Europe, Simon Jean-Joseph vérifie la maxime de Corneille ! Car même si les paysages de Madère rappelaient à Simon sa Martinique natale, il a du découvrir, apprendre et comprendre un terrain très particulier : « Des spéciales très lisses, sans grip et provoquant un important sous virage. Avec d’importantes dénivelées, nous étions en plus confrontés à une météo très changeante. Nous n’avons pas rencontré la pluie, mais des nappes de brouillard se déplaçant très rapidement… »

Dixième à l’issue de la deuxième spéciale, Simon n’était évidemment pas satisfait de sa position : « Ce n’est pas facile de rivaliser d’emblée avec des pilotes qui ont déjà disputé dix fois ce rallye. Et nous devons travailler sur les réglages de la voiture pour la rendre plus efficace sur ce terrain particulier. Je suis confiant, ce n’est pas la première fois que nous sommes dans cette situation. L’équipe sait réagir vite et bien. »

Effectivement, Simon et la Clio vont progresser tout au long de la journée. Vendredi soir, à l’issue des onze spéciales de la première étape, l’équipage occupe déjà la cinquième place : « Nous allons dans le bon sens. Je suis satisfait de jouer avec des pilotes beaucoup plus expérimentés. Je m’accroche et nous attaquons très fort. A moins de vingt secondes de la deuxième place, je pense que nous pouvons jouer une place sur le podium… »

La deuxième journée est à l’image de la première : Simon et Jack poursuivent leur remontée au classement général. Mais cette fois, ils n’ont qu’à attendre les problèmes de leurs adversaires. Dans l’ES12, Travaglia sort de la route et abandonne. C’est d’ailleurs dans le même chrono que Pedro Matos Chaves (Clio Super 1600) sort pour le compte. Puis Pedro Mendes Gomes connaît des problèmes mécaniques et Simon hérite de la troisième marche du podium.

Le pilote de la Clio Super 1600 se satisfait totalement de ce résultat, ponctué par un temps scratch dans la dernière spéciale du rallye : « Bravo à Vitor Sà, qui remporte une belle victoire à domicile, et à Bruno Thiry qui remporte le Super 1600 pour la première fois cette année. Je n’étais pas loin de ce dernier, mais je ne parvenais pas à lui reprendre plus de quelques dixièmes par spéciale. J’ai donc préféré assurer ce résultat dans les dernières spéciales. »

Cette troisième place permet à Simon de s’emparer de la tête du Championnat d’Europe. Seul pilote à avoir marqué des points sur chacune des cinq manches, il devance de quatre points l’Italien Pedersoli, contraint à l’abandon ce week-end.

Classement général final : 1. Vitor Sá / Ornelas Camacho (Peugeot 306 Maxi) 3h11m52s4 – 2. Bruno Thiry / Nicolas Gilsoul (Citroën C2 Super 1600) +2m15s7 – 3. Simon Jean-Joseph / Jack Boyere (Renault Clio Super 1600) 00:02:40,3
4. José Camacho / Pedro Calado (Peugeot 306 Maxi) +3m23s8 – 5. Miguel Campos / Nuno Rodrigues da Silva (Peugeot 206 Super 1600) +6m30s5 – 6. Alexandre Camacho / Jorge Gonçalves (Citroën Saxo Kit-Car) +9m08s4 – 7. Duarte Abreu / Filipe Fernandes (Peugeot 206 Super 1600) +10m47s2 – 8. Paulo Meireles / António Abreu (VW Polo Super 1600) +11m14s0…

Championnat après 5 manches sur 9 : 1. Simon Jean-Joseph 32 pts – 2. Luca Pedersoli 28 pts – 3. Bruno Thiry 14 pts – 4. Giandomenico Basso, Vitor Sà et Larry Cols, 10 pts…

Madère – Etape 1  30 juillet 2004

Le podium à portée de Clio

Disputer un rallye sur une île ensoleillée est un véritable plaisir pour Simon, qui aurait presque l’impression d’évoluer à domicile : « Les paysages sont comparables à ceux du nord de la Martinique. C’est déconcertant car les routes, en revanche, n’ont rien à voir avec celles des Antilles. Ici, le revêtement est très lisse, sans grip. La voiture a tendance à partir en sous virage. On peut s’en sortir sur un terrain connu, mais ici c’est très difficile. »

Simon et Jack ont donc pris le parti de sacrifier les premières spéciales pour prendre leurs marques sur ce terrain inconnu. Au fil des passages par l’assistance, l’équipe Renault Sport Oreca a cherché a améliorer les réglages de la Clio : « Indéniablement nous allons dans le bon sens car nous nous rapprochons des premiers. Tout le monde travaille pour améliorer encore le comportement de la voiture et je pense que nous serons encore mieux demain. De mon côté, je m’améliore aussi au fil des spéciales. Je suis satisfait de faire des temps équivalents à ceux des pilotes qui font ce rallye depuis dix ans ! »

L’équipage de la Clio Super 1600 a du apprendre à maîtriser un autre paramètre particulier de Madère : la météo, pour le moins changeante : « Le ciel peut être gris d’un côté de l’île et bleu de l’autre. Entre les deux, les montagnes sont parsemées de nappes de brouillard qui se déplacent très vite. Nous avons été particulièrement handicapés par ce phénomène à deux reprises aujourd’hui. Mais nous ne sommes pas les seuls ! »

Au moment de tirer un premier bilan de cette cinquième manche du Championnat d’Europe, Simon se montre satisfait : « Une fois de plus je suis dans la bagarre avec les meilleurs spécialistes de l’épreuve. Avec Jack nous nous accrochons et prenons beaucoup de plaisir sur ces routes. Demain il reste quasiment autant de kilomètres qu’aujourd’hui à parcourir. Si tout se passe bien, nous allons encore pouvoir gagner des places. Monter sur le podium et prendre la tête du Championnat, voilà mes deux objectifs de demain ! »

Classement Etape 1
1. Vitor Sá / Ornelas Camacho (Peugeot 306 Maxi) 01:40:06,5
2. Bruno Thiry / Nicolas Gilsoul (Citroën C2 Super 1600) +1:35,1
3. Pedro Mendes Gomes / Nuno Rodrigues (VW Golf Kit-Car) +1:35,7
4. Renato Travaglia / Lorenzo Granai (Peugeot 206 Super 1600) +1:37,9
5. Simon Jean Joseph / Jack Boyere (Renault Clio Super 1600) +1:54,3
6. Pedro Matos Chaves / Sérgio Paiva (Renault Clio Super 1600) +2:30,2
7. José Camacho / Pedro Calado (Peugeot 306 Maxi) +2:32,9
8. Alexandre Camacho / Jorge Gonçalves (Citroën Saxo Kit-Car) +4:09,0