Posts tagged ‘Mercedes’

Dakar 2005 - Etape 4  3 janvier 2005

Déjà un meilleur temps !

Après 122 km de liaison parcourus dans la fraîcheur matinale du nord marocain, les motards ont en effet eu la mauvaise surprise de voir la spéciale au programme annulée en raison des conditions climatiques difficiles. L’épaisseur de la nappe de brouillard empêchant les hélicoptères de décoller, et donc de garantir des conditions optimales de sécurité aux concurrents, les organisateurs ont été contraints d’annuler la première spéciale pour les deux roues. Une mésaventure identique avait déjà perturbé le passage au Maroc du Dakar 1994 puisque la même étape avait dû à l’époque être annulée pour les mêmes raisons. Privés d’une mise en jambes qui aurait été particulièrement précieuse pour les novices, les motards se sont dirigés en convoi jusqu’au site prévu pour le CP 1, où ils ont rejoint une route goudronnée en direction d’Agadir pour une longue liaison.

Un peu plus tard dans la matinée, une fois la purée de pois dissipée, les pilotes autos ont pu disputer cette première spéciale africaine annoncée comme rapide et sur laquelle Robby Gordon a fait valoir ses talents de pilote de circuit en pleine reconversion. Vainqueur à Barcelone, l’Américain confirme l’efficacité de son pilotage « agressif ». Après avoir doublé Giniel De Villiers sur une piste où les dépassements avaient pourtant été jugés très difficiles par le directeur sportif Patrick Zaniroli, Gordon a en effet rattrapé Ari Vatanen, derrière qui il a été obligé de rouler pendant les vingt derniers kilomètres du secteur chronométré.

Malgré cela, la nouvelle recrue de Volkswagen signe le meilleur temps avec 53 » de moins que Stéphane Peterhansel et récupère du même coup la tête du classement général qu’il avait cédée pendant une journée à Colin McRae.

Mais le réel exploit du jour est à mettre à l’actif de Simon Jean-Joseph. Le Champion d’Europe des Rallyes n’a rien lâché pour cette première spéciale africaine. Parti très loin, il a dépassé une vingtaine de concurrents pour signer un magnifique trentième temps, référence en T1 !

« Je suis très content mais également frustré par cette journée, raconte le pilote du 4×4 Gauloises à l’arrivée. Content car j’ai pu signer un très bon résultat en gagnant la classe T1 et en remontant bien au classement général mais je garde un sentiment de frustration après avoir perdu beaucoup de temps dans la poussière d’autres concurrents. Peut-être que leur système Sentinel ne fonctionnait pas ou qu’ils n’ont pas tous été fair-play. Heureusement que demain nous partirons devant. Les dépassements ne nous poseront plus autant de problèmes. »

Dakar 2005  2 janvier 2005

Vivement l’Afrique !

Pour la première fois, les organisateurs de cette course mythique avaient décidé de comptabiliser cette première étape dans le classement général et non plus seulement comme prologue servant à donner l’ordre de départ du lendemain… dommage pour Simon qui y perd plus de sept minutes sur le meilleur temps au général.

« On avait bien démarré dans cette super-spéciale, raconte le pilote Renault du 4×4 Gauloises. Et puis à 300 mètres de l’arrivée, nous avons eu un petit problème électronique qui nous a obligé à nous arrêter. La voiture ensablée, nous avons dû, avec Jack, sortir les pelles et les plaques pour pouvoir repartir. Nous avons laissé plus de six minutes sur ce petit incident. C’est dommage mais je le prends comme un bizutage avant d’aller affronter le désert ! »

Les caméras de télévisions se sont régalées de la mésaventure du Champion d’Europe des Rallyes mais il y a eu d’autres conséquences par la suite…

« 153e de la première étape, cela nous oblige à repartir en 153e position pour la suite, rappelle Simon. Aujourd’hui, il a fallu faire avec les concurrents partis devant nous. Nous avons réussi à en doubler quatre mais la poussière était trop présente pour en faire plus. Il ne fallait pas prendre de risques sur cette spéciale étroite. Avec Jack, nous avons pris notre mal en patience en nous arrêtant à plusieurs reprises pour avoir une meilleure visibilité. »

Et ce n’est pas terminé pour le pilote Renault et son 4×4 aux couleurs de Gauloises. Gêné par la poussière aujourd’hui, il ne termine que 109e même s’il est à moins de trois minutes du vainqueur du jour : « Je m’attends à devoir doubler des concurrents jusqu’au milieu de la semaine. Mais je reste très positif, je suis content que la course soit lancée. C’est une bonne première expérience du Dakar. »

Demain, lorsque la traversée en bateau sera terminée, les concurrents entreront en Afrique avec une étape longue de 666 kilomètres dont 123 chronométrés que l’on annonce cassants et étroits.

Interview  1 janvier 2005

Bonnes fêtes !

Avec ton titre de Champion d’Europe et le titre de Renault en Championnat de France, tu as atteint tous tes objectifs cette saison.
« Et même un peu plus car les deux titres ont été conquis avant l’heure ! Ce détail prouve la qualité du travail de toute l’équipe. A l’heure des bilans, je voudrais une nouvelle fois tout particulièrement souligner l’excellent travail d’Oreca. Jamais cette saison, en dix-sept épreuves, ma Clio n’a connu de problèmes mécanique sérieux.

On dit souvent qu’il est plus difficile de confirmer une fois arrivé au sommet… Cet adage n’a pas eu de prise sur la Clio ?
« Nous étions attendus cette saison, c’est certain. Il faut rappeler que lors de sa première année sous les couleurs officielles Renault, la Clio a remporté le Championnat de France et le Championnat du Monde Junior. Tous nos concurrents avaient pris comme repère nos performances. Renault Sport Technologies pour le développement et Oreca pour l’exploitation ont tout fait pour rester au top. Au niveau des équipages, je me suis très bien entendu avec Nicolas Bernardi. Nous avions la volonté commune de faire gagner le Clio Team. Sans cette cohésion à tous les étages, il aurait été plus difficile d’atteindre ces résultats. »

Pour conclure la saison, tu es allé participer au Critérium Crédit Moderne à la Martinique. On imagine que ce devait être un rendez-vous très important pour toi.
« Effectivement la grande parade dans les rues de Fort de France qui a précédé le rallye restera a tout jamais gravée dans ma mémoire. Les Martiniquais m’ont rendu un hommage inoubliable. J’ai ensuite eu le grand plaisir au cours du rallye de retrouver les routes sur lesquelles j’ai appris à conduire, ainsi que quelques pilotes avec qui j’avais à l’époque croisé le fer. Tout cela dans une formidable ambiance populaire et bon enfant. »

Parlons maintenant de la saison prochaine, tu vas défendre ton titre en Championnat d’Europe…
« Je vais remettre mon titre en jeu en 2005, c’est une chance. Le championnat devrait encore s’étoffer avec de nouveaux constructeurs et une très forte augmentation de la médiatisation à l’international. Il va donc falloir se remettre en question encore et toujours et ne rien laisser au hasard pour espérer gagner, et cela concerne tout autant l’équipage que la voiture et l’équipe ; je suis confiant. »

Ta saison n’est pas encore totalement terminée. Tu te prépares à partir pour une nouvelle aventure en participant au Dakar, comment le projet a-t-il vu le jour ?
« J’ai été invité par Gauloises à vivre l’arrivée de la précédente édition à Dakar. J’y ai retrouvé de nombreuses connaissances du monde du rallye, des team managers, des pilotes, des ingénieurs, des mécaniciens… et tous m’ont vanté cette formidable aventure. Je ne suis pas resté insensible au charme de cette épreuve. Quelques semaines plus tard, Gauloises m’a contacté pour conduire une voiture de presse Gauloises au Rallye du Maroc. J’ai pu, à cette occasion, m’approcher encore un peu plus de l’ambiance d’un rallye-raid. Chez Gauloises, ils ont senti que la discipline m’intéressait et ils ont tout fait pour que je puisse être au départ du prochain Dakar. C’est une grande marque de confiance de leur part que de me proposer de participer à cette aventure. »

Et comment se passent les préparatifs ?
« Jack et moi avons été très bien accueillis par Georges Groine et toute son équipe en charge de la préparation de la voiture. Nous avons effectué une séance de découverte du pilotage dans le sable et particulièrement dans les dunes de Tunisie. Bien que nous ayons pu mesurer l’ampleur de la tache, cela nous permettra de ne pas être trop perdus lorsque les choses sérieuses commenceront. Jean-Pierre Strugo et Georges m’ont été d’un très grand conseil. Pour ce qui le concerne, Jack se prépare à la navigation, et moi, comme il se doit je fais du sport. »

Tu auras un objectif particulier pour cette première participation ?
« En premier lieu, je veux apprendre. Ce sera un nouveau challenge pour moi. Il ne sert à rien de se fixer des objectifs déraisonnables pour une première participation. Au delà de l’aventure sportive, je veux comprendre ce qu’est le raid et surtout le Dakar. Bien sûr, avec Jack, nous espérons nous faire plaisir dans des paysages que nous allons découvrir, et bien sûr être à la hauteur de la confiance qui nous a été donnée. Il y aura 39 pays au départ, plus la Martinique, bien représentée avec votre serviteur, mais aussi Astrid Pichegrain qui tentera l’aventure à moto. »

  31 décembre 2004

Galerie photos : 2004

Page 5 sur 512345