Posts tagged ‘Renault Clio’

Antibes – Présentation  24 octobre 2005

Pas question d’Azurer !

Avec cinq victoires en huit courses disputées, la Clio Super 1600 restera de toute façon comme la voiture la plus capée de ce Championnat d’Europe 2005. Renato Travaglia (1000 Miglia, Madère et Barum), Simon Jean-Joseph (Turquie) et Kris Princen (Ypres) ont fait gagner Renault aux quatre coins de l’Europe.

Mais le Championnat d’Europe est avant tout un championnat ‘Pilotes’ qui trouvera son dénouement sur la Côte d’Azur. Grande classique du Championnat, le Rallye d’Antibes emprunte quelques spéciales mythiques, comme le Col Turini, le Col de Bleine, Lantosque, Roquesteron ou La Couillole. Un Monte-Carlo en automne, en somme ! La douceur du climat à Juan-les-Pins ne doit pas faire oublier combien les conditions peuvent être difficiles dans l’arrière-pays niçois : averses, orages, brouillard et larges plaques d’humidité sont le lot quotidien des équipages.

L’an passé, Renault avait réalisé un tir groupé exceptionnel, puisque six voitures frappées du Losange avaient terminé aux six premières places. Déjà assuré du titre, Simon Jean-Joseph avait ainsi conclu sa campagne européenne par une quatrième victoire consécutive.

Cette année, la couronne reviendra quoi qu’il arrive à un Italien. Renato Travaglia aborde la manche finale avec sept points d’avance sur Giandomenico Basso. En cas de victoire de ce dernier, le pilote de la Clio Super 1600 préparée par Autorel sera titré s’il ne termine pas au-delà de la cinquième place.

Pour maximiser les chances de Basso, Fiat engage deux autres Punto Super 1600 pour Yoann Bonato, Paolo Andreucci. Renault n’est pas en reste, puisque Simon Jean-Joseph et Cédric Robert joueront également la victoire. Simon peut encore briguer la place de dauphin s’il s’impose et que Basso ne rentre pas dans les points. Ce qui serait également synonyme de titre pour Travaglia !

Mais le Martiniquais pense avant tout au plaisir qu’il va prendre au volant de la Clio : « Le parcours de l’épreuve est magnifique, même si les routes sont un peu plus sales que les années précédentes en raison des travaux en cours. C’est bien que le Championnat se joue en France. L’enjeu est tel que le plateau sera exceptionnel. D’un côté comme de l’autre, la partie est loin d’être jouée. En ce qui me concerne, je partirai pour savourer la dernière course de la saison, si possible en la gagnant ! »

Vendredi 28 : étape 1. Départ à 12h40, arrivée à 21h54 (6 ES). Samedi 29 : étape 2. Départ à 8h30, arrivée à 20h34 (6ES). Dimanche 30 : étape 3. Départ à 7h00, arrivée à 16h10 (6 ES).

Elpa – Arrivée  26 septembre 2005

Le titre se jouera à Antibes

Le rallye débute sur les chapeaux de roues avec une spéciale de plus de trente kilomètres. Les conditions sont délicates, avec de larges portions humides. Giandomenico Basso (Fiat Punto) s’empare immédiatement de la tête devant Simon Jean-Joseph et Renato Travaglia. Les positions n’évolueront pas jusqu’au terme de cette première étape, pourtant riche de six spéciales totalisant plus de 145 kilomètres !

En signant notamment un meilleur temps (ES2), Simon reste dans le sillage de l’Italien à moins de 20’’ : « Basso va très vite sans commettre d’erreur. Il a surtout fait la différence en trois spéciales, où il nous prend inexorablement quelques secondes. ». Travaglia reste également en lice pour la victoire à 40’’ du leader… Quatrième à une minute après avoir été retardé dès la première spéciale, Mirco Baldacci peut tout autant brouiller les cartes lors de la seconde étape.

Les conditions sont tout autant difficiles pour la deuxième journée de course. Les routes sont toujours humides, mais les concurrents doivent de surcroît affronter le brouillard ! Simon ne relâche pas la pression sur Basso : tout au long de cette journée, les deux hommes font jeu égal. Basso réalise quatre meilleurs temps contre trois à Simon. Retardé par une crevaison dans l’ES10, Renato Travaglia perd le contact avec les deux leaders mais parvient à contenir Baldacci.

En montant sur le podium pour la troisième fois de la saison, Simon était satisfait de sa prestation : « J’ai vraiment eu de bonnes sensations tout au long du week-end. Nous avons utilisé des réglages proches de ceux de la Turquie et ma Clio s’est avérée très efficace dans ces conditions. Malheureusement Basso était un petit peu plus rapide que nous lors de la première étape. Avec Jack nous avons pris beaucoup de plaisir sur cette épreuve. »

Simon ne pourra toutefois pas jouer le titre avec Travaglia et Basso à Antibes. Le premier nommé abordera l’ultime épreuve avec sept points d’avance sur son rival. En cas de victoire de Basso, le pilote de la Clio Super 1600 préparée par Autorel pourra se contenter d’une sixième place pour décrocher une seconde couronne européenne.

Elpa – Présentation  19 septembre 2005

L’Odyssée de Clio

Pour sa trentième édition, l’Elpa Rally se prépare à être le théâtre d’une lutte digne de la mythologie grecque. Point d’Odyssée ou d’Iliade, c’est de Championnat d’Europe des Rallyes qu’il s’agit ! Ces trois dernières saisons, la manche disputée autour de Patras a consacré l’homme qui allait coiffer la couronne quelques semaines plus tard : Renato Travaglia en 2002, Bruno Thiry en 2003 et Simon Jean-Joseph en 2004.

En 2005, Travaglia et Jean-Joseph sont en lutte avec Giandomenico Basso pour le titre. Renato est le seul à pouvoir sceller le sort du Championnat dès ce week-end. Pour cela, il doit s’imposer ou terminer dans les points devant Basso. Ce dernier n’a pas d’autre alternative que de devancer son compatriote pour jouer le titre à Antibes. Quant à Simon, il doit absolument s’imposer sans que cela soit suffisant pour pouvoir se succéder à lui-même.

Après sa victoire en Turquie, le Champion d’Europe en titre aborde ce rendez-vous avec une grande détermination : « Je sais que je n’ai plus mon destin entre mes mains. Il faudrait beaucoup de malchance à mes concurrents pour que je puisse rester dans la course au titre. J’aborde cette avant-dernière manche avec l’intention de poursuivre sur la même dynamique qu’à Izmir. Je vise le meilleur résultat possible, c’est-à-dire la victoire, tout en prenant du plaisir. »

Le parcours s’annonce plus concentré que l’an passé, puisque les concurrents évolueront exclusivement sur la presqu’île du Péloponnèse. « C’est un peu dommage car les spéciales situées dans les montagnes de la Grèce continentale étaient splendides », se souvient Simon. « D’un autre côté le choix des pneus avait été rendu difficile par la météo imprévisible dans cette région. Nous étions partis en slicks dans une spéciale noyée par un violent orage, c’était un grand moment d’équilibrisme ! »

Dans la continuité du terrain rencontré en Turquie, les spéciales grecques devraient bien convenir à la Clio Super 1600 : « L’asphalte est très usé et donc très glissant. C’est la recherche permanente du grip. En revanche le terrain est moins cassant qu’en Turquie, il y a moins de pierres qui risquent de provoquer des crevaisons. » Des treize ES au programme de l’épreuve, sept auront une longueur d’environ trente kilomètres : voilà qui promet une course riche en rebondissements…

Outre les trois pilotes en lice pour le Championnat, il faudra également surveiller Mirco Baldacci (Fiat Punto Super 1600) et Sakis Efstathiou (Renault Clio Super 1600). Invaincu en Super 1600 depuis le début de la saison, le Grec est également en tête de son Championnat national. Une quatrième Clio Super 1600 sera engagée par le Polonais Michal Solowow.

Fiat Rally – Arrivée  13 septembre 2005

Simon relance le Championnat

Entre la Turquie, Simon Jean-Joseph et la Renault Clio Super 1600, c’est décidément une grande histoire d’amour. En 2003, pour la première apparition du Rallye de Turquie au Championnat du Monde, le Martiniquais s’impose en classe A6. L’an passé, il remporte le Fiat Rally pour sa première participation et fait un grand pas vers le titre européen. Cette année, il récidive en se succédant à lui-même au palmarès de l’épreuve !

Cette victoire a pourtant été longue à se dessiner. Giandomenico Basso et sa Fiat Punto Super 1600 sont les plus rapides à se mettre en action. A l’issue de l’ES2, l’Italien est en tête tandis que Simon occupe le sixième rang. Dans la spéciale suivante, la course bascule une première fois quand Basso perd deux minutes en crevant. Simon réalise le deuxième temps et remonte à cette même position au classement général.

C’est un autre Italien engagé par Fiat, Mirco Baldacci, qui s’est emparé du commandement. Le classement n’évolue pas jusqu’à la fin de la première étape. Baldacci mène devant Jean-Joseph à 30’’6, Basso à 1’40’’, Cukurova (Clio) à 2’24’’7 et Travaglia à 3’37’’4.

« Je crois que c’est la première fois que je m’impose sans remporter la moindre spéciale. Sur ce rallye mon objectif était de me remettre en confiance après deux résultats nuls. Cela n’avait rien d’évident car les routes turques sont très difficiles. On peut très vite crever ou abîmer la voiture. Malgré cela, nous avons su nous maintenir dans le rythme des leaders en occupant la deuxième place tout au long du rallye. Le résultat final est un peu inespéré, mais nous ne l’avons pas volé ! Pour moi le plus important est d’avoir retrouvé le bon rythme au volant d’une voiture toujours aussi parfaite. »

Au Championnat d’Europe, les positions se resserrent. Grâce à sa quatrième place, Renato Travaglia se rapproche un peu plus du titre. Le pilote de la Clio Super 1600 préparée par Autorel pourrait être au départ de la prochaine manche, l’Elpa Rally (Grèce). Avec onze et dix-neuf points d’avance sur Basso et Jean-Joseph, l’Italien peut toujours se permettre de gérer…

Classement : 1. Jean-Joseph / Boyère (Renault Clio S1600) 2h45’32’’8 – 2. Basso / Dotta (Fiat Punto S1600) +17’’0 – 3. Baldacci / Bernacchini (Fiat Punto S1600) +1’37’’7 – 4. Travaglia / Zanella (Renault Clio S1600) +4’01’’3 – 5. Cukurova / Alakoc (Renault Clio S1600) +5’46’’3 – 6. Unal / Ozsenler (Fiat Palio S1600) +7’00’’1 – 7. Burkay / Alan (Mitsubishi Lancer gr. N) +10’36’’1 – 8. Kuru / Kurbanzade (Subaru Impreza) +11’16’’8…

Leaders : ES1 et 2 : Basso. ES3 à 14 : Baldacci. ES15 (arrivée) : Jean-Joseph.
Meilleurs temps : Basso 11, Baldacci 4.

Championnat d’Europe : 1. Travaglia 40 pts – 2. Basso 29 pts – 3. Jean-Joseph 21 pts – 4. Princen et Holowczyk 10 pts…

Fiat Rally – Présentation  6 septembre 2005

Trois Clio ne seront pas de trop !

Autrefois nommée Tofas Rally, l’épreuve basée à Izmir, au bord de la mer Egée, est la plus orientale du Championnat d’Europe des Rallyes. Plus de 4000 kilomètres séparent cette station balnéaire de l’île de Madère, l’autre point extrême du calendrier !

Les routes empruntées par le Fiat Rally sont très particulières. Vainqueur de l’épreuve en 2004, Simon Jean-Joseph avait rapidement trouvé le mode d’emploi : « Les spéciales sont globalement assez étroites et bosselées. Nous rencontrons deux types de revêtement : un goudron assez neuf mais très glissant, et un asphalte autrefois abrasif mais désormais poli, souvent recouvert de graviers. Globalement on ne peut pas freiner très fort, ça glisse toujours beaucoup. En outre il faut faire attention aux crevaisons. »

Pour préparer au mieux ce rendez-vous important pour le dénouement du Championnat, le Clio Team a mené deux jours de tests. « Nous avons bien travaillé sur les réglages de la voiture sur des bases relativement représentatives du rallye. La Clio Super 1600 est bien équilibrée sur ce type de revêtement, c’est ce qui m’avait permis de faire la différence l’an passé », poursuit Simon.

Avec quatorze et vingt-quatre points d’avance sur Giandomenico Basso et Simon, l’Italien Renato Travaglia se présentera en solide leader du Championnat. Le pilote de la Clio Super 1600 préparée par Autorel peut être titré en Turquie s’il repart avec vingt points d’avance sur ses deux rivaux.

Simon sait donc qu’il n’a pas le droit à l’erreur s’il veut conserver son titre : « Mathématiquement rien n’est joué et je sais ce que j’ai à faire. Les derniers rallyes ne se sont pas passés comme je l’aurais souhaité, mais je me battrai tant qu’il restera une chance. Je ne dois pas commettre d’erreur, ce qui n’est pas évident en ouvrant la route. »

Parmi les autres favoris pour la victoire, le Turc Ercan Kazaz tentera de poursuivre sa superbe saison. Le pilote de la Clio a remporté trois victoires et deux deuxièmes places en Super 1600 lors des cinq rallyes déjà disputés cette saison !

Face à ces trois Clio, six Fiat Punto et Palio Super 1600 sont engagées pour Giandomenico Basso, Paolo Andreucci, Mirco Baldacci, Hamdi Unal, Volkan Isik et Fatih Kara.