Posts tagged ‘Buggy’

Dakar 2007 - Etape 7  12 janvier 2007

Arrivés à Atâr, mais avec du retard…

Comme prévu, la Mauritanie est le juge de paix de ce Dakar 2007. La spéciale du jour n’a pas été exempte de rebondissements, même si elle a été amputée de son derniers tiers pour des raisons de sécurité. En effet, une violente tempête de sable empêchait les hélicoptères de survoler la zone de la spéciale.

En tête pendant une bonne partie de la spéciale, Stéphane Peterhansel (Mitsubishi) s’est finalement incliné face à Giniel de Villiers (VW), qui prend du même coup la tête du rallye à Carlos Sainz. ‘Peter’ remonte en 3e position après les ennuis de Carlos Sousa. Parmi les leaders, Nani Roma a perdu plus de six heures après avoir fait un tonneau dans les dunes.

Nani a donc perdu un peu plus de temps que Simon Jean-Joseph et Jack Boyère… Après un superbe départ, l’équipage a été stoppé par la mécanique au kilomètre 125 : « Jack a fait un super travail de navigation et nous avons gagné plusieurs places dès les premiers kilomètres. Nous avons entendu qu’il y avait un problème à l’échappement et j’ai adopté un rythme très calme. J’étais dans le bon wagon, avec tous les leaders, quand la voiture s’est arrêtée à cause d’un problème venant de la transmission. Quand nous nous sommes rendus compte que la boîte de vitesses était cassée et qu’il fallait attendre le camion d’assistance, nous avons compris que notre progression allait être stoppée… »

Deux heures plus tard, le camion T4 de l’équipe Fast & Speed arrivait et tout le monde se mettait au travail pour changer la boîte de vitesses dans une tempête de sable. Simon repartait après plus de quatre heures d’arrêt, mais il restait encore plus de 250 kilomètres à parcourir…

Sans prendre de risques, l’équipage de la sauterelle rose rejoignait une zone de dunes fortement encombrée : « Il y en avait dans tous les sens, pire que le périphérique parisien un vendredi soir ! Nous nous sommes vite ensablés, mais nous sommes également vite repartis et nous avons avalés tous les cordons de dunes d’une seule traite. Comme nous avions de nouveau abîmé le capot avant, j’ai du m’arrêter à deux reprises pour le fixer avec les moyens du bord. »

Simon et Jack sont arrivés à Atâr avec près de 5h30’ de retard sur le vainqueur du jour. Classés à la 102e place de la spéciale, ils chutent à la 32e place du classement général : « Que dire, sinon que nous avons vécu une immense déception ! Cette voiture et cette boîte de vitesses sont pourtant réputées pour leur fiabilité… Nous ferons le point demain matin, après une bonne nuit de sommeil. Nous allons tout faire pour rallier Dakar à la meilleure place possible. »

Dakar 2007 - Etape 6  11 janvier 2007

Toujours plus haut !

C’est la… boue qui a accueilli les concurrents du Dakar en Mauritanie. Les averses tombées dans la nuit ont détrempé les pistes ultra-rapides du début de la spéciale. Sur ce terrain, le Hummer de Robby Gordon a fait un malheur. L’Américain devance d’une poignée de secondes Jean-Louis Schlesser.

Giniel de Villiers et Carlos Sainz suivent à quelques minutes et conservent dans l’ordre inverse la tête du classement général. Chez Mitsubishi, Masuoka a perdu du temps après avoir rencontré des problèmes mécaniques. Même sanction pour Eric Vigouroux et son Protruck. Il faut enfin signaler l’abandon de Guerlain Chicherit après une sortie de la piste.

Une nouvelle fois, Simon Jean-Joseph et Jack Boyère ont réalisé une belle performance. L’équipage du buggy Fast & Speed améliore encore son meilleur résultat en spéciale avec le 11e temps. Mais la journée ne fut pas exempte de toute péripétie, loin de là !

« La nuit a été agitée, avec une grosse tempête de sable à Tan Tan. Nous avons fait toute la liaison sous la pluie. Nous en avons été quittes pour une grosse séance de mécanique avant le départ de la spéciale, car certains éléments de carrosserie avaient souffert avec les kilos de boue accumulés en 400 kilomètres », raconte Simon.

Comme ses adversaires, le pilote Only a ensuite avalé la spéciale à un rythme d’enfer : « A plus de 180 km/h il faut rester concentré à 100% d’un bout à l’autre. Nous avons perdu quelques minutes en abîmant le système de dégonflage des pneus dans l’herbe à chameau : nous nous sommes arrêtés pour le démonter et nous avons du passer les cordons de dunes avec une pression constante dans les pneus. J’ai également été perturbé quand j’ai vu la voiture de Guerlain et Matthieu sur le toit, j’ai eu peur pour eux. »

A six kilomètres de l’arrivée, l’aventure aurait pu mal tourner : « Nous sommes tombés en panne d’essence ! Nous avions beaucoup consommé dans le sable mou. J’ai aussitôt ralenti et nous avons terminé la spéciale à 20 km/h. La voiture a calé au point stop, nous avons eu beaucoup de chance. Krystof Holowczyc nous a remorqué jusqu’à la station service et j’ai pu rejoindre le bivouac sans encombre… »

Simon est évidemment satisfait de sa performance du jour : « Chaque jour est meilleur que le précédent, je ne vois donc aucune raison de me plaindre ! Cette spéciale était difficile, mais je m’attends à bien pire demain. Je peux moi aussi connaître mon lot de déconvenues, alors je savoure l’instant présent. »

Demain, la spéciale qui reliera Zouérat à Atar s’annonce en effet redoutable. Gros morceaux de navigation en hors-piste et franchissement de cordons de dunes mettront à l’épreuve les équipages. Heureusement, la journée de samedi sera consacrée au repos…

Dakar 2007 - Etape 5  10 janvier 2007

Simon passe l’Atlas sans encombre

Cette spéciale inédite, disputée sur des pistes sinueuses et roulantes, n’a pas apporté de bouleversement en tête de la course. Volkswagen signe sa quatrième victoire d’étapes en cinq jours grâce à Carlos Sainz, qui n’a devancé Stéphane Peterhansel (Mitsubishi) que de trente petites secondes… Au classement général, l’Espagnol conserve évidemment la tête devant ses équipiers Giniel de Villiers et Carlos Sousa.

Simon Jean-Joseph et Jack Boyère ont signé aujourd’hui leur meilleur résultat depuis le départ du rallye. Privilégiant toujours la régularité, les deux occupants du buggy Fast & Speed rose savent que la course ne débutera réellement qu’en Mauritanie.

« Nous avons beaucoup souffert lors des 60 ou 70 premiers kilomètres, qui m’ont paru longs comme 400 kilomètres d’une spéciale roulante ! La piste était très sinueuse et étroite. J’ai été obligé de mettre plusieurs fois la marche arrière pour passer des virages très serrés. Nous avons perdu pas mal de temps dans ce premier secteur », racontait Simon à l’arrivée de la spéciale.

Par la suite, le profil de la piste était plus adapté au buggy : « Il y avait un peu de navigation et quelques pièges mais Jack s’en est comme d’habitude bien sorti. Nous avons pris beaucoup de plaisir sur des chemins roulants et rapides. Nous avons atteint des vitesses supérieures à 180 km/h dans des allonges ! Nous étions en train de rattraper Shmakov, qui occupe la deuxième place en deux roues motrices, mais nous avons de nouveau perdu du temps dans la poussière d’autres concurrents. »

A l’issue des trois spéciales marocaines, Simon est satisfait de sa progression : « Je me rends compte jour après jour que j’exploite mieux la voiture, notamment dans les passages délicats où j’utilise beaucoup le couple du moteur. Il faut dire aussi que nous avons tous les jours fait évoluer les réglages. Ce sera encore le cas ce soir. Mon pilotage est beaucoup plus fluide qu’en début de course. »

Autre motif de satisfaction, le fait de ne pas avoir crevé une seule fois au Maroc : « Pour rien au monde je ne voudrais être un pneu ! BF Goodrich fait un travail remarquable et nous disposons d’enveloppes à la résistance incroyable, notamment lors des appuis transversaux. »

Demain, la caravane fera son entrée en Mauritanie après une longue liaison traversant une partie du Sahara Occidental. La spéciale (394 km) partira de l’aéroport de Bîr Mogreïn et emmènera les concurrents à Zouérat. Avec 817 km à parcourir, cette sixième journée sera la plus longue du Dakar 2007…

Dakar 2007 - Etape 4  9 janvier 2007

Simon entre dans le top 15

Cette deuxième journée disputée sur les pistes marocaines a été endeuillée par le décès du motard sud-africain Elmer Symons, tombé au kilomètre 142 de la spéciale.

La course des autos a été dominée par Jean-Louis Schlesser et son buggy deux roues motrices. Déjà vainqueur d’une spéciale au Maroc l’an passé, le pilote-constructeur a devancé Carlos Sainz (Volkswagen) de près de 8 minutes. Au classement général, l’Espagnol conserve la tête devant ses équipiers Giniel de Villiers et Carlos Sousa.

Le grand perdant du jour est Stéphane Peterhansel, qui a perdu 25 minutes après un problème d’embrayage. Pour l’heure, le meilleur pilote Mitsubishi est Nani Roma, 3e de cette spéciale et 4e du classement général. Jutta Kleinschmitt (BMW) et Yvan Muller (Dessoude) ont également perdu beaucoup de temps aujourd’hui…

Pendant ce temps, Simon Jean-Joseph et Jack Boyère ont poursuivi sur un rythme similaire à celui de la veille. Parti en dix-neuvième position, l’équipage n°326 était pointé au même rang au premier contrôle de passage, situé près de la frontière algérienne. Le buggy rose gagnait deux places dans la deuxième portion en passant Kleinschmitt et Holowczyc.

« Nous abordions cette spéciale avec une certaine appréhension car nous devions passer les premiers cordons de dunes. Le parcours était magnifique et très varié. Mais nous avons mangé de la poussière comme jamais », déclarait Jack en arrivant au bivouac. « Nous avons rattrapé beaucoup de motards qui font comme ils peuvent pour se laisser doubler. Du côté des voitures, les pilotes jouent plus ou moins le jeu, mais c’est la règle et tout le monde en souffre plus ou moins. »

« Le début de la spéciale a été bon, puisque nous avons gagné plusieurs places. J’ai perdu beaucoup de temps en essayant de doubler Paulo Nobre, qui nous avait déjà gênés hier », racontait Simon. « En cherchant à le passer dans une dune, nous avons même perdu le capot avant ! Ensuite, nous avions beaucoup de poussière qui rentrait dans l’habitacle… »

Simon tire néanmoins un bilan positif de cette spéciale : « Nous sommes passés au travers des pièges, ce qui n’est pas le cas de tout le monde ! Je dois dire que j’avais une boule au ventre en voyant se dessiner les premiers ergs. J’ai encore besoin d’emmagasiner beaucoup d’expérience sur ces difficultés très particulières pour me sentir à l’aise. Comme nous avons eu un souci avec le système de regonflage des roues, j’ai été prudent sur les derniers kilomètres pour ne pas crever. »

Dakar 2007 - Etape 3  8 janvier 2007

Simon respecte son tableau de marche

Après avoir foulé le sol africain pour la première fois de très bonne heure, les concurrents du Dakar 2007 ont pris la direction de Guercif pour y prendre le départ de la troisième spéciale. Au programme, 252 kilomètres de pistes tantôt caillouteuses, tantôt roulantes.

Pour l’heure, les Volkswagen continuent à dominer la course : après Sousa et Sainz au Portugal, c’est au tour de Giniel de Villiers de s’imposer. Carlos Sainz s’empare de la tête du classement général devant son équipier. Reléguées à plus de 3’, les Mitsubishi de Peterhansel et Alphand semblent attendre leur heure.

Du côté des buggies, Jean-Louis Schlesser s’est de nouveau montré le plus rapide en terminant 12e de la spéciale. Le Belge Stéphane Henrard a perdu beaucoup de temps après avoir touché un rocher.

Troisième de la catégorie derrière le russe Shmakov, Simon Jean-Joseph a de nouveau choisi la prudence : « Je reste sur ma ligne de conduite. La première portion de la spéciale était tellement cassante que j’ai roulé en dedans pour ne pas crever. Ensuite les pistes étaient très larges et lisses. Nous nous sommes vraiment régalés… avant de retrouver des portions cassantes. Nous n’avons pris aucun risque, notamment lorsque nous dépassions des motos. »

A l’issue de cette première spéciale africaine, Simon commence à prendre la mesure de sa monture : « Je commence à comprendre l’immense potentiel de ce buggy. Nous allons faire quelques ajustements sur les suspensions pour les adapter à mon pilotage. La course est encore très longue et je reste prudent. Par rapport au 4×4 que je pilotais les années passées, les difficultés arrivent beaucoup plus vite. Nous travaillons avec Jack pour qu’il puisse m’annoncer plusieurs choses en même temps lors d’enchainements. »

Demain, de nouvelles difficultés s’annoncent avec une longue spéciale de plus de 400 kilomètres. Au programme, plusieurs portions de hors-piste… et les premiers cordons de dune ! Le bivouac sera installé sur l’aéroport Aït-Benhaddou de Ourzazate.