Rallye de Madère  11 août 2006

Mission accomplie !

Malgré des soucis de direction assistée qui l’ont retardé de plus de 2’30’’ et relégué en dixième position au départ du dernier jour de course, Simon termine cinquième au général et deuxième de sa catégorie, au prix d’une très belle remontée qui a fait le bonheur des spectateurs venus en masse pour assister à l’évènement.

Simon à découvert sa voiture lors du shakedown organisé mercredi : « J’avais besoin de cette petite séance d’essais pour trouver les bons réglages. Avec l’équipe, j’ai fais le maximum pour avoir une voiture efficace et facile à piloter. »

Le rallye débutait jeudi soir par une super-spéciale destinée au public et aux télévisions avant que l’île toute entière ne résonne des bruits de moteur dès vendredi matin.
Première surprise : alors que les équipages sortent du parc d’assistance avec des pneus « sec », la pluie s’abat sur le parcours du premier chrono du jour : « C’était un sacré challenge, avoue Simon. Je suis bien placé pour savoir que ce sont des choses qui arrivent sur les îles ! Après dix mois d’absence au plus haut niveau, il fallait être compétitif d’emblée. Sous la pluie et malgré le brouillard, je signe le meilleur temps des Super 1600… »

Toutefois la pluie change la donne. Les quatre roues motrices prennent l’avantage et la Fiat officielle de Basso creuse un écart de plus de trente secondes : « Je me régale avec une voiture très bien équilibrée, mon premier objectif était de me remettre dans le bain, puis me faire plaisir et ensuite viser une place sur le podium. »

Les routes devenues sèches, Simon Jean-Joseph reprend la main. Il signe cinq meilleurs temps en Super 1600 durant la première étape et s’installe au deuxième rang du classement général, premier en deux roues motrices. Hélas, dans la neuvième épreuve spéciale, un raccord de direction assistée casse. Handicapé sur deux chronos, le Martiniquais cède plus de deux minutes et tombe au dixième rang.

Avec l’objectif de remonter dans le top 5, Simon voit sa progression à nouveau contrariée dans la deuxième spéciale du samedi. Le même problème de direction assistée coûte encore une vingtaine de secondes auxquelles il faut ajouter dix secondes de pénalité en sortie de parc d’assistance suite à la réparation.

Ces problèmes mécaniques coûtent un peu plus de 2’30’’ au pilote Renault Sport qui repart à l’assaut des chronos: « Je me suis appliqué à rouler le mieux possible et je me suis vraiment régalé. Après de longs mois d’absence, je suis ravi de mon week-end. Jack et moi avons passés un très bon moment en compagnie des pilotes comme Gilles Panizzi, Armindo Araujo, Renato Travaglia ou Victor Sà. »

Auteurs finalement de six meilleurs temps en Super 1600, Simon Jean-Joseph et Jack Boyère terminent deuxièmes de la catégorie à 23’’5 du vainqueur Bruno Magalhaes sur 206 Super 1600 et cinquièmes du rallye. « C’était vraiment sympa de participer à cette épreuve. Je tiens tout particulièrement à remercier Victor Sà, les organisateurs et le Team Barroso Sport qui nous ont permis de passer ce beau week-end. »

Classement général : 1. Basso / Dotta (Punto Super 2000) 3h07’23’’4 – 2. Araujo / Ramalho (Lancer Evo IX) +1’14’’8 – 3. Peres / Silva (Lancer Evo IX) +2’51’’6 – 4. Magalhaes / Grave (206 Super 1600) +3’07’’1 – 5. Jean-Joseph / Boyère (Clio Super 1600) +3’30’’6 – 6. Panizzi / Panizzi (Clio Super 1600) +3’52’’5 – 7. Freitas / Figueiroa (Clio Super 1600) +4’02’’2 – 8. Travaglia / Granai (206 Super 1600)

Leave a Reply