Dakar 2006 – Jour de repos  8 janvier 2006

Le plus dur reste à venir !

Quand ils sont enfin arrivés à Atâr, après avoir passé la nuit dans le désert, Simon et Jack n’ont eut droit qu’à une heure et demi avant de reprendre la course. Le plein d’essence, un petit déjeuner, une rapide vérification du road-book… et en route pour de nouvelles aventures !

L’équipage n°332 a d’emblée décidé d’adopter un rythme mesuré. « La première partie de la spéciale était très lente et sinueuse à travers de grands canyons. Notre moyenne ne dépassait guère les 40 km/h et la chaleur était étouffante. Nous nous sommes demandés si nous en verrions le bout », raconte Jack. « Puis nous avons retrouvé des cordons de dunes avant d’arriver sur une longue portion composée de plateaux assez roulants. Seuls les 30 derniers kilomètres ont été difficiles car la nuit était tombée. »

Il n’y eut pas besoin de bercer les deux compères, qui ont bien profité d’une nuit de sommeil. Aujourd’hui, ils s’affairent au bivouac pour effectuer un grand nettoyage de leur 4×4. « Nous allons essayer d’avoir une voiture plus ‘vivable’, nous retirons donc autant de sable et de poussière que possible. »

Demain, après avoir passé – comble du luxe – deux nuits dans le même lit, l’équipage partira à l’assaut de la plus longue spéciale du rallye : 599 km pour rejoindre Kiffa. « C’est non seulement la plus longue, mais aussi la plus difficile selon les connaisseurs », annonce Simon. « Il s’agira de la dernière spéciale avec autant de franchissement. Sans préjuger de rien, nous aurons fait le plus difficile si nous parvenons à terminer cette 9e étape. Ensuite, nous découvrirons complètement les pistes d’Afrique Noire au Mali, en Guinée et au Sénégal. »

Classement T2 après étape 8

1. Ratet / Cattarelli 37h50’47’’
2. Rousselot / Poncet 38h12’31’’
3. Ikemachi / Arakawa 38h51’41’’
4. Strugo / Ferri 40h01’06’’
5. Barbier 42h07’38’’
13. Jean-Joseph / Boyère 53h46’33’’

Leave a Reply